Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le Défouloir d'un prof
  • : Voir : http://le-bosse-fort.over-blog.com/2014/09/presentation-du-blog-du-canard-mise-a-jour.html
  • Contact

Pensée...


"Mort aux vaches,
vive l'anarchie"
(G. Brassens)

Recherche

Liens

10 janvier 2014 5 10 /01 /janvier /2014 13:46

Ce post fait suite à http://le-bosse-fort.over-blog.com/2014/01/laissez-donc-la-%E2%80%98quenelle%E2%80%99-aux-lyonnais%E2%80%A6.html

_________

Non Monsieur Valls.

Le fait que Dieudonné n’ait pas pu donner, hier à Nantes, le premier spectacle / meeting (?) de sa tournée en province du fait d’une décision du Conseil d’Etat et que ladite tournée semble à présent compromise ne me semble pas être une victoire de la République (http://actualite.portail.free.fr/france/09-01-2014/video-valls-ce-n-est-pas-ma-victoire-car-c-est-un-combat-qui-est-celui-de-la-republique/).

C’est là une action politico-judiciaire gênante au niveau du principe de la séparation des pouvoirs, de la liberté d’expression et de la condamnation a priori d'un suspect (c'est grave !)* qui s’inscrit dans une évolution paraissant échapper à beaucoup. Les valeurs républicaines traditionnelles partent de plus en plus en cacahouètes et, ne sachant que faire pour les maintenir, les gouvernements successifs, de droite, comme de gauche, y répondent à coups de réglementations et d'interdictions.

Interdire laisse entendre que les citoyens dans leur globalité n’adhèrent pas, ou plus, aux idées, aux paroles, aux actes, bref aux valeurs autrefois partagées par la collectivité et, pour les maintenir, l'Etat rend illicites et répréhensibles le fait de ne pas les respecter. L’interdiction est la négation d’un consensus démocratique et républicain, preuve manifeste du malaise évoqué.

Qui définira un nouveau pacte républicain ?

Qui aura assez de talent pour, à l'instar de Michelet, modifier, arranger l'histoire afin de mettre en place les mythes qui permettraient à l'ensemble de la population française d'aujourd'hui de retrouver une cohésion véritable ?

Dans l’affaire de l’interdiction du / des spectacle(s) de Dieudonné, le seul commentaire qui m’est parvenu et qui me semble juste, je l’ai entendu hier, vers 19 h sur France-Info, alors que je rentrais chez moi en voiture et que j’écoutais les news.

Qui parlait ? Je l’ignore et le regrette (je n’ai pas retrouvé l’interview dans les archives de France-Info). Mais celui dont les commentaires m’ont paru justes, car clairvoyants, a dit approximativement ceci : cette interdiction n’est pas une victoire pour la République ; ce qui serait une victoire serait qu’il n’y ait personne aux spectacles de Dieudonné.

C’est un progrès, mais sont encore loin du compte les déclarations matinales de Jean-Marc Ayrault selon lesquelles l’interdiction doit inciter à la réflexion ceux qui se rendent aux spectacles de Dieudionné http://actualite.portail.free.fr/france/10-01-2014/ayrault-invite-les-spectateurs-de-dieudonne-a-reflechir/  

Il demeure que cet appel à la raison ne peut toucher ceux qui pensent à la suite de Pierre Harlaut « je remets en cause qu’il y ait 6 millions de morts pendant la Shoah. A l’époque, il n’y avait peut-être pas autant de juifs sur terre. Oui, il y a eu quelques juifs (sic) qui sont morts mais aussi les tziganes, les homosexuels, les artistes … On ne peut pas focaliser sur les juifs. » http://www.streetpress.com/sujet/118371-porno-quenelle-la-galaxie-dieudonne-a-son-site-de-cul.

C’est vrai ; peut-être oublie-t-on un peu les tziganes, les homosexuels… dans les victimes du nazisme. Mais il n’empêche que certains ont zappés quelques cours d’histoire au collège et au lycée, peut être par allergie envers la discipline, mais sans doute plus encore parce qu’ils sont issus de ces milieux négationnistes ou révisionnistes bien présents dans le monde, en Europe, en France.

On se souviendra sans doute de certaines déclarations tonitruantes de Mahmoud Ahmadinejad (http://www.rfi.fr/actufr/articles/072/article_40443.asp) qui ne sont peut-être finalement que le reflet d’une attitude qui paraît se répandre dans une partie du monde musulman en lutte contre l’état d’Israël (http://www.washingtonpost.com/wp-dyn/content/article/2006/10/06/AR2006100601417.html ; http://fr.wikipedia.org/wiki/N%C3%A9gation_de_la_Shoah).

Dans ce contexte, comment s’étonner que Dieudonné défendant la cause palestinienne use de cet artifice odieux, abjecte ?…

Il ne fait que suivre un courant bien affirmé.

Alors, s’il est bien certain que sa ‘quenelle’ il peut se l’auto-glisser de ma part :), ce n’est pas en lui interdisant de parler que l’on extraiera des cervelles endoctrinées les idées antisionistes et antisémites qui sont la base de son supposé humour.

Dieudonné ne fait finalement que témoigner de l'existence de telles idées ; le rire que peuvent provoquer ses plaisanteries nécessite la présence bien ancrée d'une 'culture antijuive'.

Que faire ?

Je n’en ai strictement aucune idée mais, j’y reviens, ce ne sont pas des interdictions qui changeront quoi que ce soit. Elles permettent de surcroît à Dieudonné de jouer le martyr persécuté par un système rejeté par lui et ses ‘followers’, et elles satisfont les stratagèmes médiatiques du personnage.

Voyez que j’ai raison, le 'système' m’empêche de m’exprimer, peut-il argumenter auprès des esprits crédules qui en font un apôtre de la cause.

J'ai toujours été un farouche partisan du dialogue, et malgré bien des échecs je reste convaincu que c'est la seule solution.

Peut-être faudrait-il contraindre Dieudonné et les siens à se rendre non en groupe important, ce serait peut-être la foire, mais à deux ou trois à Auschwitz-Birkenau (et probablement les autres sites d’extermination, je ne sais pas, je ne les connais pas) avec aux pieds des chaussures noires ; c’est plus visible pour ceux qui nient l’évidence.

Peut-être leur ignorance, ou leur mauvaise foi, ainsi que la sécheresse de leur esprit et de leur âme seraient-elles perturbées par la fine pellicule de poudre grise qui, au cours de leur ‘promenade’ entre les Crématoires II et VI, recouvrira peu à peu leurs chaussures…

… Et peut-être enfin réaliseraient-ils que cette ‘poussière’ n’est rien d’autre que la cendre des milliers de corps qui ont été brûlés puis enfouies en ces lieux et qui, peu à peu, sont remontées à la surface du sol.

La situation n’incite ni à nier les faits, ni à l’utiliser comme thème de plaisanteries qui ne me paraissent même pas amusantes (du moins pour celles qui me sont parvenues).

Seuls le silence, le respect des victimes et le vœu que jamais de telles horreurs ne se reproduiront s’imposent.

... Mais écouter Dieudonné et son prétendu humour peut faire peur sur les capacités humaines à tirer des leçons de l’histoire. Faut-il une fois encore citer Marx pour lequel "celui qui ne connaît pas l’histoire est condamné à la revivre" ** ?

 

Ajout du 11 janvier.

* Qu'est 'la condamnation a priori d'un suspect' ?

C'est sanctionner un suspect avant qu'il n'ait commis un fait délictueux.

Peut-on raisonnablement et, plus encore, juridiquement prendre une sanction contre Dieudonné avant l'un de ses spectacles, c'est-à-dire sans avoir la preuve qu'il a prononcé des propos répréhensibles, mais simplement parce que, compte-tenu de ses habitudes, on suppose qu'il va les prononcer ?

Fort heureusement non.

C'est comme si vous aviez été condamné 100 ou 1000 fois pour excès de vitesse et que désormais, considéré comme un habitué des excès de vitesse, il vous était collé une prune à chaque fois que vous vous mettiez derrière un volant.

Dans les démocraties véritables, la loi exige fort heureusement que l'acte répréhensible soit accompli (ou qu'il y ait au moins un début d'exécution de l'acte) pour justifier une poursuite. C'est bien pour cela que Manuel Valls a utilisé une autre voie pour tenter de faire taire Dieudonné, le fait que ses spectacles provoquent des atteintes à l'ordre public (voir par ex. http://tempsreel.nouvelobs.com/societe/20140106.OBS1469/dieudonne-que-va-dire-la-circulaire.html ; la circulaire elle-même est disponible sur http://www.lefigaro.fr/assets/pdf/circulaire-valls-dieudonne.pdf ).

___

Ajout du 12 janvier.

Dans un article publié par Le Monde http://www.lemonde.fr/politique/article/2014/01/11/affaire-dieudonne-le-conseil-d-etat-replique-aux-critiques_4346462_823448.html#xtor=AL-32280397, le Vice-président du Conseil d'Etat explique la décision du tribunal. Il a cette phrase lourde de sens : " Elles [ces décisions) concernent un spectacle, tel qu'il a été conçu et précédemment interprété, ainsi que des circonstances locales déterminées". Autrement dit, et si je comprends bien, pour les tribunaux l'acte délictueux peut être considéré comme réalisé dans le cadre d'un spectacle qui se répète à chaque représentation, puisque l'on en connait son contenu. Le raisonnement est judicieux... Il demeure la possible et fréquente improvisation de l'artiste, surtout dans un one-man-show où la mise en scène n'est pas réglée comme du papier à musique : il peut ou non répéter ce pourquoi on entend interdire son spectacle. Il y a là un raisonnement qui me gêne beaucoup aux emmanchures, et je suis mal à l'aise dans ma tenue de démocrate attaché aux libertés : puisque tu as fait des vannes répréhensibles par la loi dans tes précédents spectacles, c'est que tu vas les reproduire dans les suivants, donc tu es coupable de ce que tu n'as pas encore fait.

Est-ce acceptable... même s'il est plus que probable, pour ne pas dire certain, que Dieudonné aurait répété lesdites vannes ?

Pour justifier l'interdiction, reste ensuite le possible trouble à l'ordre public ('les circonstances locales déterminées'), ce à quoi se réfère le Vice-président et qui est un autre problème.

Partager cet article

Repost 0

commentaires