Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le Défouloir d'un prof
  • : Voir : http://le-bosse-fort.over-blog.com/2014/09/presentation-du-blog-du-canard-mise-a-jour.html
  • Contact

Pensée...


"Mort aux vaches,
vive l'anarchie"
(G. Brassens)

Recherche

Liens

29 janvier 2015 4 29 /01 /janvier /2015 09:55

 

 

Stéphane Charbonnier était-il  une ’ tête de lard’ (http://www.ozap.com/actu/caricatures-de-mahomet-un-ancien-de-charlie-hebdo-denonce-la-surenchere-de-charb/461251) ?

Je l’ignore.

Frondeur et provocateur, sûrement  et, si j’ai bien compris l’idée centrale qu’il avait à l’esprit (cf. https://www.youtube.com/watch?v=wbu1rXMCYrk  et https://www.youtube.com/watch?v=seFriE8kH9I notamment aux env. des mn. 10 et suivantes), il partait de la constatation selon laquelle le Français de culture judéo-chrétienne franchouillarde standardo-traditionnelle ne connait rien à l’Islam. Or, l’inconnu fait peur, c’est bien connu. Pour ne rien arranger à la réaction de rejet à laquelle peut conduire cette peur, vient s’ajouter le fait que lorsque les médias parlent de l’Islam, c’est le plus souvent pour évoquer une actualité très peu attirante. D’où –je le répète, si j’ai bien compris- son idée, bourrée de bonnes intentions : Charb souhaitait dédiaboliser l’Islam en en faisant sourire, non pour stigmatiser les Musulmans mais, humour à prendre au second degré[i], pour que les non-musulmans sourient de ses plaisanteries.

Souvent, le sourire estompe la peur.

Mieux, le sourire rend sympathique et peut inciter à vouloir connaître, à souhaiter comprendre…

 

Accuser Charb et ses copains de Charlie Hebdo d’Islamophobie est un non-sens ; un refus de regarder et de chercher à comprendre leurs dessins et, me semble-t-il, leurs desseins.

Ceux qu’ils visent ne sont pas les Musulmans en général mais ceux d’entre eux qui sont des radicaux, des intégristes, bref ceux qui soutiennent Al-Qaïda, Daesh, Bako Haram, etc. ; ceux-là même que, si l’on en juge par des déclarations récentes qui en reprennent d’ailleurs de plus anciennes, les musulmans majoritaires considèrent comme étant hors de l’Oumma orthodoxe puisqu’ils les condamnent et se sentent traumatisés du fait de l’amalgame qui peut être fait entre l’Islam authentique et ces dissidents assoiffés de sang et de Charia ; on se souviendra notamment de la campagne ‘not in my name’ qui commença en Grande Bretagne en septembre dernier  avant de se répandre comme une trainée de poudre sur la planète (http://www.directmatin.fr/monde/2014-09-24/notinmyname-des-musulmans-mobilises-contre-lei-691927 ; un commentaire, probablement invérifiable mais qui tend à surenchérir sur le message que les auteurs  ont voulu faire passer avec leur slogan, laisse  entendre que 99% des musulmans du monde entier se prononcent contre les dérives djihadistes https://www.facebook.com/Notinmynameislam)

 

J’engage les sceptiques à ne pas hurler, à croire en ma bonne foi et, pour contrôler mon analyse, à faire un tour avec objectivité sur Youtube et/ou Dailymotion afin de visionner quelques-uns, voire tous les reportages dans lesquels Charb s’exprime. C’est presque systématiquement qu’il entreprend d’apporter une différence fondamentale entre musulmans modérés et extrémistes ; entre ceux qui peuvent vivre en bonne entente avec les systèmes démocratiques occidentaux et, disons …les ‘autres’.

 

Si le message de Charb avait été entendu, à l’annonce des journées sanglantes des 7 au 9 janvier, les Français musulmans auraient dû prendre le deuil pour rendre hommage à l’un de leurs défenseurs et, lors de la ‘marche républicaine’, bien des musulmans à travers le monde auraient dû se joindre à elle sinon physiquement, en tout cas en pensée.

 

L’actualité a montré que tant qu’en France que dans le monde (y compris une partie de l’Islam ‘assez dur’, voir par ex. http://actualite.portail.free.fr/monde/09-01-2015/les-jihadistes-plus-nuisibles-a-l-islam-que-les-caricatures-selon-le-hezbollah/) l’annonce de l’assassinat des dessinateurs et de certains de leurs collaborateurs avait profondément ému.

 

Dommage, peut-être / sans doute, nous allons y revenir, que cette émotion internationale –ou presque- ait été perturbée par la parution de Charlie Hebdo n°1178 avec, en page de couverture, un pourtant bien innocent (du moins en termes de culture occidentale) Prophète, la larme à l’œil, disant qu’il était Charlie, avec en titre, un joli message de paix "Tout est pardonné".  Il était touchant, bien que persiste la question de savoir s’il y a ou non également la représentation d’un, voire d’un double pénis http://alyaexpress-news.com/2015/01/reaction-de-daesh-suite-a-la-publication-de-la-double-tete-de-penis-de-mohamed-dans-charlie-hebdo/ - sur cette épineuse question, ne pas manquer l'opinion de la compagne de Luz, Camille Emmanuelle,  http://www.brain-magazine.fr/article/news/22449-Charlie-Hebdo-:-%C3%AAtre-aim%C3%A9-par-des-cons,-c_est-dur,-%C3%AAtre-ha%C3%AF-par-des-amis,-c_est-pire -

 

Il n’en a pas fallu plus pour que quelques ‘excités’ relancent l’idée d’un nouveau blasphème contre Mahomet, d’une injure contre l’Islam en général perpétré toujours et encore par Charlie Hebdo et la France.

 

Et pendant que les organisations musulmanes de notre pays lançaient un appel au calme à l’occasion de la parution de l’hebdomadaire (http://actualite.portail.free.fr/france/13-01-2015/les-organisations-musulmanes-de-france-appellent-au-calme/), le grand mufti d’Egypte en appelait au racisme (http://actualite.portail.free.fr/monde/13-01-2015/le-grand-mufti-d-egypte-juge-la-une-de-charlie-hebdo-raciste/), le Premier Ministre turc déclarait que la liberté d’expression n’était pas celle d’insulter (http://www.directmatin.fr/monde/2015-01-15/pour-le-premier-ministre-turc-la-liberte-dexpression-nest-pas-la-liberte-dinsulter) et se rependait une ambiance d’insurrection qui, ici ou là, allait jusqu’à applaudir les massacres de Paris, au Pakistan (http://www.directmatin.fr/monde/2015-01-16/pakistan-violents-heurts-devant-le-consulat-de-france-karachi-697948), au Niger (http://www.lemonde.fr/afrique/article/2015/01/22/niger-plus-jamais-ca_4561719_3212.html), en Tchétchénie (http://actualite.portail.free.fr/monde/19-01-2015/manifestation-anti-charlie-hebdo-a-grozny-en-tchetchenie/), en Afghanistan, au Nord de l’Inde (http://actualite.portail.free.fr/monde/23-01-2015/nouvelles-manifestations-anti-charlie-hebdo-en-afghanistan-au-pakistan-et-au-cachemire-indien/), en Cisjordanie (http://actualite.portail.free.fr/monde/24-01-2015/des-milliers-de-palestiniens-contre-charlie-hebdo-en-cisjordanie/), etc. sans oublier les cyber attaques (http://www.01net.com/editorial/641843/cyberattaques-pro-et-anti-charlie-hebdo-premier-bilan-et-inquietudes/ ; http://www.itespresso.fr/cyber-attaques-furie-anonymous-face-djihad-elargit-86379.html )...[ii]

 

A noter que tous ces manifestants qui brûlaient des drapeaux tricolores, hurlaient ‘mort à Charlie’, ‘mort à la France’ et autres mots doux à entendre ou à lire sur les banderoles n’avaient probablement jamais vu, ne serait-ce que la couverture du ‘Charlie Hebdo des survivants’, comme plusieurs de nos médias ont nommé le n° 1178, et qu’ils ne pouvaient avoir jugé sur pièce à titre personnel. Au mieux, ils protestaient en souvenir du n° 1011 de début novembre 2011, Charia Hebdo… dont ils devaient d’ailleurs également ignorer le contenu exact[iii].

 

La manipulation semble évidente[iv], mais il demeure l’ampleur des manifestations dans une bonne partie du monde musulman et que, compte-tenu de l’interdiction de représenter le Prophète en termes de culture islamique[v], la couverture de Charlie Hebdo n’était peut-être pas opportune…

 

Bien évidemment, ces manifestations anti-françaises perpétrées au nom de l’Islam et le fait que peu de jeunes des banlieues ne semble avoir participé à la ‘marche républicaine’[vi] ont convaincu quelques antimusulmans de réagir.

Conséquence, les statistiques tendent à montrer que sur une période allant des attentats des 7 au 9 janvier jusqu’au 23 janvier, ont été enregistrés 128 actes anti Musulmans, c’est-à-dire qu’en une petite quinzaine de jours ont été inventoriés presque autant d’actes islamophobes qu’au cours de toute l’année 2014 qui en avait connus 133 http://www.francetvinfo.fr/faits-divers/attaque-au-siege-de-charlie-hebdo/128-actes-antimusulmans-en-deux-semaines-presque-autant-que-sur-toute-l-annee-2014_804843.html#xtor=AL-54

 

Liberté d’expression tout azimut ; choisissons l’humour sans limite ?

 

Oui ! Certes ! C’est sans doute beau en pensée ou posé en déclaration de principe comme je l’ai fait page http://le-bosse-fort.over-blog.com/2015/01/charlie-hebdo-democratie-et-liberte-d-expression-menacees.html, mais il demeure qu’une certaine autocensure est parfois / souvent de bon aloi et qu’il était peut-être mal habile de dessiner une nouvelle fois le Prophète quelques jours après les attentats dont l’horreur avait semblé rapprocher les peuples du monde.

 

Il est bien évident qu’il n’était pas aisé pour la Rédaction de Charlie Hebdo, profondément meurtrie, de préparer le n° 1178, de choisir, de décider dans la précipitation mais, compte-tenu des événements sanglants récents, n’aurait-il pas été plus adroit de chercher un thème moins provocateur ?

 

Je songe, par exemple, à un dessin du type de celui qui décore la porte du CDI du Collège-Lycée Averroès, établissement musulman privé sous contrat avec l’état (Lille http://www.lycee-averroes.com/). Il a été montré dans un reportage télédiffusé proposé par France 5, ‘C dans l’air’, le vendredi 23 janvier et est une reproduction d’une illustration de Carlos Latuff qui l’a publié au Royaume-Uni dans le Middle East Monitor (voir par ex. sur  http://www.lapresse.ca/photos/le-soleil/201501/07/12-13348-caricatures-en-hommage-a-charlie-hebdo.php#954132-proposition-carlos-latuff-publiee-middle 5ème dessin).

Je le  reproduis au bas de ce billet. Tant pis pour le copyright. Si mon emprunt devait être considéré comme inacceptable, je serais reconnaissant au propriétaire des droits d’auteur, ou l’un de ses ayant-droits, de me le faire savoir ; je le retirerai instantanément avec toutes mes excuses.

 

… Les auteurs de l’attentat massacrent les dessinateurs  et, du même coup, blessent profondément l’Islam symbolisée non par le Prophète mais, c’est beaucoup plus anodin et moins provocateur, la coupole d’une mosquée et son minaret.

 

Comment expliquer cette réaction tout azimut de l’Islam face à cette ‘Une’ de Charlie Hebdo ?

 

Je crois que nous devons à Jamel Debbouze d’avoir, avec émotion et retenue, mis le doigt sur l’un des éléments fondamentaux de la bonne explication.

 

Après avoir reconnu qu’il était musulman mais qu’il ne l’avait pas trop dit auparavant par désir d’intimité, il condamne fermement les attentats et commente : « […] je suis mal à l’aise avec le blasphème, ce n’est pas de ma faute, c’est dans ma culture. Quand je vois un dessin de deux prêtres qui s’en*** je ne suis pas bien, ça ne me fait pas rire […]. Je me battrais pour que vous puissiez dire tout ce que vous voulez dire, mais je comprends aussi que des gens ont été déstabilisés et choqués parce qu’ils n’ont pas cette culture du blasphème » http://videos.tf1.fr/infos/2015/jamel-debbouze-sur-tf1-je-suis-mal-a-l-aise-avec-le-blaspheme-8548981.html[vii]

 

‘La culture du blasphème’. Je crois que l'essentiel des problèmes vient de là.

 

Représenter une paire de fesses avec des cuisses poilues avec pour commentaire « Et le c*** de Mahomet, on a le droit [de le représenter] ? »[viii] est plus que passablement lourdingue, c’est l’évidence. Mais en termes de culture française traditionnelle, style humour de potaches sur chansons paillardes conjugués au mode Rabelais et au temps Sempiternel, cela peut faire rire, ou sourire… et favoriser ainsi une approche de l’Islam avec un a priori non de rejet, mais de sympathie.

 

L’ennui est que cette ‘culture du blasphème’ semble être véritablement propre à la France[ix] et qu’à l’heure de la globalisation, d’internet et des réseaux sociaux, sa production est exportée sur la planète tout entière en quelques secondes où elle sera reçue par un public non préparé : le multiculturalisme anarchique de l'internet n’inclut aucune formation à l’humour français du type ‘KK-prout et beaucoup plus recherché si affinité’[x] dans sa version blasphème… de même que ce même multiculturalisme anarchique ne prépare en aucun cas les Français de culture judéo-chrétienne traditionnelle à la perception de la culture, voire plutôt des cultures islamiques.

 

L’écrivain égyptien Alaa Al-Aswany a donné une bonne illustration des dérives possibles de cet humour mal compris[xi]. Il cite un historien israélien de l’Université de Tel-Aviv, Shlomo Sand, sauf erreur de ma part. «J’ai relevé dans ces caricatures une haine manipulatrice destinée à séduire davantage les lecteurs évidemment non musulman. Le dessin de Mohamed coiffé d’un turban, flanqué d’une grenade[xii] n’est pas une caricature contre les islamistes mais une assimilation stupide de l’Islam à la terreur. C’est comme si on identifiait le judaïsme avec l’argent »[xiii]

 

Eviter de meurtrir autrui y compris par l’humour, l’ironie et même la provocation m’a toujours paru un bon plan pour vivre avec mes semblables. Pour l’illustrer, je m’autorise l’autocitation d’un billet qui concernait l’ ‘humour’ de Dieudonné.

Le personnage (Dieudonné) est-il un humoriste, un vrai ? Bien franchement, j’en doute et s’il cherche des plaisanteries douteuses, voire horribles sur les Juifs, il devrait savoir que les ‘meilleures blagues’ les concernant sont celles qu’ils colportent eux-mêmes, et certaines sont plus que hard, particulièrement sur les camps d’extermination et plus généralement la Shoah. Mais ces blagues-là, ne se racontent pas partout ; comme le disait ce bon Desproges, maintes fois cité avec raison sur le sujet 'on peut rire de tout, mais pas avec tout le monde'[xiv]  (http://le-bosse-fort.over-blog.com/2014/01/laissez-donc-la-%E2%80%98quenelle%E2%80%99-aux-lyonnais%E2%80%A6.html)

 

François Hollande peut,  avec raison en terme de culture française, déclarer que ‘nous n’insultons personne’  http://www.leparisien.fr/faits-divers/en-direct-attentats-la-martinique-pleure-clarissa-jean-philippe-19-01-2015-4459203.php#xtref=http%3A%2F%2Fsearch.free.fr%2Fgoogle.pl%3Fpage%3D1%24qs%3Dcharlie%2520hebdo%2520caricature%2520hommage

… Fleur Pèlerin, Ministre de la Culture, a sans doute raison de poser en principe que Charlie Hebdo ne va pas devenir Okapi’ et de déclarer, le jour de la parution du n°1178 (avait-elle vu le n° et s’y référait-elle en faisant ses commentaires ?) , que  ‘c'est bien ça, l'esprit français : l'humour, l'impertinence, parfois la provocation’ http://www.francetvinfo.fr/economie/medias/charlie-hebdo/video-fleur-pellerin-exprime-son-tres-fort-soutien-a-charlie-hebdo_796574.html#xtor=AL-54....

… Il demeure qu’au siècle de la globalisation des communications, il pourrait paraître courtois et respectueux de toutes les cultures de se limiter à des plaisanteries qui ne choquent pas (trop) qui que ce soit, sous toutes les latitudes.

 

Il y a la solution pleine de bon sens, mais illusoire, me semble-t-il, proposée par Reporter Sans Frontière (RSF) dont le secrétaire général, Chritophe Deloire, a martelé "si on ne veut plus que des fous furieux débarquent dans une rédaction, il faut absolument faire en sorte que dans tous les lieux de culte, sans exception, les religieux disent aux fidèles que le blasphème, c'est un droit. Ils doivent dire que s'ils considèrent leur croyance comme sacrée, autrui n'y est pas tenu et que le blasphème n'est pas condamnable." http://www.sudouest.fr/2015/01/13/charlie-hebdo-que-les-religieux-disent-que-le-blaspheme-est-un-droit-1795580-4834.php

 

Pourquoi illusoire ?

 

Parce que la ‘culture du blasphème’ et, bien évidemment, l’humour irrévérencieux auquel elle conduit,  n’est pas dans les différentes cultures puisqu’elle semble spécifiquement française, nous l’avons dit déjà. Jamel Debbouze l’a exprimé clairement et avec beaucoup d’émotion. Elle n’est pas dans sa culture, pas plus qu’elle n’est dans l’Islam, même progressiste.

Il n'y a pas à sortir de là, et les 'religieux' ne diront rien aux fidèles car leur culture le leur interdit.

 

Pour s’en convaincre si besoin est,  il suffit par exemple de regarder l’emportement dont fait preuve Samy Naceri.

Il déplore les morts, la mobilisation de ‘ millions - sic... un peu après, ils auraient été '10 millions‘ à avoir été mobilisés) de policiers, la souffrance des familles avant de tempêter, avec des notions d’histoire (et de grammaire :) plus que hautement approximatives, le tout sous les tentatives louables, mais vaines, d’Audrey Pulvar pour tenter de rectifier certains propos. ‘Laissons la religion, s’il vous plaît […]. Est-ce que Charlie Hebdo a le droit ? C’est le Prophète ! C’est comme Moïse, c’est comme le Christ […]. Avant, il y avait des lois. On n’avait pas de droit de toucher à Pompidou, à Mitterrand. C’était interdit. Les médias n’avaient pas le droit de toucher à ces types là […]. Faisons une loi pour plus que l’on ait de malheurs comme ça […]. La liberté d’expression s’arrête au moment où ça dérange l’autre. C'est des livres saints, des livres qui ont été écrits il y a des millions d’années et on ne représente pas Mahomet, jamais. Jamais Mahomet n’a été représenté, sauf dans des films. Le Christ n’a jamais été représenté, sauf dans des films » http://actualite.portail.free.fr/people/22-01-2015/accrochage-entre-samy-naceri-et-audrey-pulvar-dans-le-grand-8/. [xv]

 

Pour des millions de musulmans, la règle est de ne pas représenter le prophète, et peu importe ici que cette norme soit historiquement et, bien sur, iconographiquement discutable car, de toute manière, jamais quiconque avant les caricatures occidentales, et j’avoue totalement ignorer à quand elles remontent, ne se serait autorisé dans le monde musulman à en dessiner, de surcroît dans un contexte allant de l’humoristique au blasphématoire[xvi].

Il est donc facile de concevoir le désarroi, le choc, le rejet, la révolte de l’Islam face à ces images.

 

Ce qui est droit au blasphème en France peut devenir injure, racisme, agression pour d’autres.

 

Alors, faut-il supprimer ce droit et interdire les caricatures ?

 

Charb observait qu’il fallait, y compris au niveau de l’humour, parler de l’Islam comme des autres religions https://www.youtube.com/watch?v=wbu1rXMCYrk.

Il ajoutait que si l’on ne respectait pas ce principe d’égalité et que l’on cédait à la liberté d’expression le fait de ne pas caricaturer le Prophète, on s’exposait à une surenchère et des demandes exigeant que l’on ne représente plus « de Musulmans tout court […], ensuite il ne faudra plus dessiner des cochons, des chiens, ensuite il ne faudra pas dessiner d’être humains […]. Si on commence à céder sur un détail, c’en est fini de la liberté de la presse »,  (interview audio sur http://www.dailymotion.com/video/xtp3bn_si-on-commence-a-ceder-sur-un-detail_news - faut-il rappeler qu'en termes de culture islamique, les cochons et les chiens sont des animaux impurs ?-)

 

A noter que, concernant le porc, les Britanniques, assez frileux à publier des caricatures du Prophète[xvii], voient certains d'entre eux  se demander s’il ne conviendrait pas d’éviter d’illustrer les livres d’enfants avec des cochons et des saucisses (http://actualite.portail.free.fr/france/16-01-2015/charlie-hebdo-royaume-uni-bientocirct-des-livres-pour-enfants-sans-porc/ ). Quant à la France, pays qui a pourtant une très longue tradition de consommation et de culture[xviii] porcine, à défaut d’interdiction de caricature, elle a connu des épisodes pas très nets à Hayange à propos d’une fête du cochon, fête dont bien sûr la pauvre bête fait les frais de sa vie (http://www.fdesouche.com/508403-fete-du-cochon-a-hayange-la-ville-est-a-feu-et-a-sang-video), et je passe sur les bruits qui ont couru sur la viande hallal servie dans les cantines scolaires depuis le démenti du journal Le Monde http://www.lemonde.fr/societe/article/2012/03/10/le-halal-a-la-cantine-un-fantasme-loin-de-la-realite_1655942_3224.html.  

 

A quand une potée accompagnée de grains de semoule, autrement nommés coucous, en signe de concorde, de fraternité et non plus de condescendante 'tolérance', mais d'un droit authentique à ce que l'autre puisse faire comme il l'entend  :) ?

 

Que conclure ?

 

Je n’en ai aucune idée !
 

D’un côté Luz a résumé l’idée horrible, mais qui correspond bien à ce que pensent certains / beaucoup (?) et que nous avons tous entendu ici ou là. Elle tend à expliquer / justifier les attentats du fait de blasphèmes envers l’Islam.  «  Charlie Hebdo, quelque part ils l'ont bien mérité… »

 

Mais  le même Luz d’ajouter « … Or la liberté d'expression, ce n'est pas avec un +mais+." http://www.i24news.tv/fr/actu/international/57630-150114-charlie-hebdo-les-nouveaux-dessins-du-prophete-vont-attiser-la-haine

 

Il a raison me semble-t-il, et si l’on part sur le jeu des citations, fort à la mode sur l’internet, assez souvent en guise d’argument d’autorité le plus souvent bidon , il est possible de songer à cette phrase de Marat (sauf erreur) « La liberté de tout dire n'a d'ennemis que ceux qui veulent se réserver le droit de tout faire ».

Vrai toutefois que le révolutionnaire songeait peut être simplement au fait que « dans un état bien ordonné, la liberté de la presse doit être illimitée pour les écrivains qui surveillent les fonctionnaires publics » [xix] , et non à une liberté d’expression tout azimut allant jusqu'à la critique systématique, la provocation, le blasphème (... quoi que, compte-tenu notamment de l'attitude de Marat en septembre 1792 à l'égard des prêtres insermentés, on peut douter que les injures au religieux aient pu le déranger ; mais qu'importe ici, chacun aura compris l'idée que je cherchais à exprimer...).

 

Djamel Debbouze, bien que mal à l’aise avec le droit au blasphème, n’hésite néanmoins pas à affirmer  «je me battrais pour que vous puissiez dire tout ce que vous voulez dire ».

Bravo !  Voilà un homme qui accepte totalement une culture qu'il dit lui même ne pas être la sienne, mais entend néanmoins la défendre par respect envers ses concitoyens d'origine judéo-chrétienne et les lois de son pays .

La France est bien sa mère (allusion est faite ici à l'une de ses déclarations, voir note vii).

 

Oui… (à lire avec un ton de grande perplexité).

 

Et si nous options pour un oui au blasphème lorsque l’actualité le justifie et à condition sinon de s’autocensurer véritablement, du moins de se demander s’il n’est pas possible d’exprimer la même idée par des chemins détournés et moins agressifs pour ceux qui n’ont pas ladite ‘culture du blasphème’ ?

 

De toute manière tous ces laïus pseudo-intellectuels resteront des mots, car il est plus que probable que des pressions nationales et internationales vont s’exercer pour que se calment, pour que posent leurs crayons, les dessinateurs amateurs de caricatures du Prophète.

 

L’équilibre déjà bien fragile du monde ne peut pas supporter que de nouvelles parutions de Charlie Hebdo donnent lieu à des flambées de violence du style de celles provoquées ces jours derniers par la publication du n°1178… même si, selon toute probabilité, les manifestants en avaient contre le n° 1011 et sa Charia Hebdo et même si,  selon une probabilité pleine et entière identique, ils devaient ignorer le contenu de cette Charia Hebdo, comme cela a été dit déjà.

 

Peut-être que l’une des dispositions glissée ‘en catimini ’ (sic, Le Monde) dans la loi Macron concernant la liberté de la presse (http://www.lemonde.fr/societe/article/2015/01/28/secret-des-affaires-informer-n-est-pas-un-delit_4564787_3224.html?xtmc=loi_macron&xtcr=2 ;  http://www.lemonde.fr/economie/article/2015/01/19/une-loi-pour-proteger-le-secret-des-affaires_4558855_3234.html ) préfigurent d’autres réformes encore plus restrictives…

 

Pour se consoler, il est toujours possible de se rendre au Théâtre du Rond-point pour aller voir Patrick Timsit dans son one-man-show ‘On ne peut pas rire de tout ’ et, pour patienter en attendant le spectacle, chacun peut prendre connaissance de ce qu’il a pu dire sur le sujet d’autant que la ‘censure’ qui a été exercée sur l’affiche initiale de son show l’entraine à des considérations qui devraient peut-être faire réfléchir sur cette fameuse fraternité inscrite dans la devise de la France http://www.francetvinfo.fr/culture/spectacles/video-on-ne-peut-pas-rire-de-tout-selon-patrick-timsit_806337.html#xtor=AL-54 ; http://www.francetvinfo.fr/culture/spectacles/video-peut-on-rire-de-tout_798343.html#xtor=AL-54

 

[I] A mon sens, l’humour est à utiliser avec doigté, particulièrement lorsqu’il est au second degré, et il est parfois / souvent opportun de poser en préalable à toute vanne la nécessité de  lancer un très, très lourd coucou ! Je vais en balancer une ! Si vous vous sentez visé, c’est parce que je suis un gros nul qui ne peut s’empêcher de dire des âneries, alors ne le prenez pas mal. C’est là un problème que je connais particulièrement bien puisque, je l’ai déjà dit ailleurs, mes élèves avaient un jour calculé que j’étais incapable de ne pas en ‘lancer une’ en moyenne toute les 1.5 à 2 minutes sur 1h30 de cours (avec pose café, merci :), je ne sais plus trop, et les billets de ce blog portent souvent des traces de cette indécrottable tendance. Si des preuves sont nécessaires à ce que je considère comme une nécessité,  je vous propose cet article qui explique aux blondes qu’elles ne sont pas stupides http://www.buzger.com/fr/c-est-scientifiquement-prouve-les-blondes-n-ont-pas-un-qi-inferieur.html ! Quand j’étais gamin des plaisanteries circulaient sur Ouiouin-le-Suisse. A l’époque de Coluche, c’étaient les Belges. Ont suivi les blondes. Mais y a-t-il un crétin qui l’ait été en suffisance –et qui l’est peut-être toujours- pour imaginer un instant que les Suisses, les Belges ou les blondes étaient des tarés authentiques !? Oui, j’ai malgré tout blessé des élèves. Plusieurs d’entre eux m’ont avoué que, les 6 premiers mois, ils ne pouvaient pas me voir en peinture, que les 3 mois suivants je les étonnais et que, par la suite, il n’y avait plus de problème. Je sais toutefois pertinemment que certains d’entre eux ont fait une allergie chronique au Canard. L’humour se perd et j’ai sans doute commis des erreurs, et même des énormités. Si je pouvais revivre ces instants de dérapages, agirais-je différemment ? C’est probable… mais selon toute probabilité, je commettrais d’autres erreurs. Restons-en donc là.  J’ajoute que jamais je n’ai pratiqué et ne pratique le blasphème, probablement par respect d’autrui, et s’il m’arrive de l’utiliser malgré tout, c’est alors dans l’intimité. Illustration : il m’a été offert un T-shirt représentant Jésus portant sa croix avec pour commentaire ‘Jesus was a freerider’ (pour illustration http://www.skipass.com/shop/streetwear/). La bulle est infâme, horrioble même, mais me fait sourire néanmoins.  Ce T-shirt, je le porte chez moi, éventuellement hors de chez moi mais alors toujours sous une chemise ou un pull, mais il ne me viendrait pas à l’idée de l’arborer dans la rue.

[ii] Il est bien évident que les liens mentionnés dans le texte sont donnés à titre illustratif ; bien d’autres sites que ceux référencés ont traité de ces sujets.

[iii] Mustafa Tossa, journaliste franco marocain, fait une constatation identique (émission TV, France 2, 19 janvier 2015, ‘Un œil sur la planète - Le monde de Charlie’, mn 47.45)

[iv] Le même Mustafa Tossa, parle de manipulations organisées par des « agitateurs extrémistes qui utilisent cette affaire de Charlie Hebdo comme argument pour retrouver un peu de main d’œuvre et de ressources humaines […] il faut bien utiliser quelque chose pour mobiliser, exciter, identifier un ennemi là, en l’occurrence, la France […]. Je trouve que les musulmans ne doivent pas réagir comme des taureaux devant les cornes de qui on montre un chiffon rouge, et dès que l’on montre le chiffon rouge, tout le monde fonce […] il y a d’autres réponses» (même émission qu’à la note précédente, mn. 46.15).

[v] Interdiction discutable, je l’ai écrit déjà, http://le-bosse-fort.over-blog.com/article-innocence-of-muslims-help-un-c-d-occidental-ne-comprend-pas-tout-110113795.html , mais nous n’allons pas en discuter de nouveau ici, puisque le monde musulman semble en avoir fait l’une de ses règles de principe contemporaines. C'est ainsi... point fin.

[vi] L’idée a souvent été émise bien que les chaînes TV se soient ingéniées à montrer qu’il y en avait. Dans quelle proportion ? Comment le savoir. En tout cas Jamel Debbouze semble croire à cette sous représentation puisqu’il a déclaré "On n'était pas assez nombreux. Il faut que l'on soit fiers de notre identité" http://actualite.portail.free.fr/people/18-01-2015/jamel-debbouze-la-france-c-est-ma-mere-on-touche-pas-a-ma-mere/. De son côté, Najoua Arduini-ElAtafani, Présidente du Club 21ème siècle (‘Des paroles et des actes, Après le choc’, France 2, 22 janvier 2015, horloge  2 :34) considère que « les personnes issues de l’immigration, cela représente 10%. Quand il y a 4 millions de personnes dans la rue, expliquez-moi comment vous voyez les 10% ? On aurait voulu, en tout cas dans l’inconscient collectif, que cette marche soit plus colorée qu’elle ne l’est. Mais c’est purement et simplement mathématique […]. Ils étaient là, nous étions là et il ne faut absolument pas continuer à mettre en avant ces espèces de rumeurs qui courent ».

[vii] La vidéo à laquelle renvoie ce lien ne rend pas compte de l’intégralité de ses propos. En effet, l’humoriste déclara également « la France, c’est ma mère, on ne touche pas à ma mère […]. La France de la différence, de la multiculture, de l'amour, de la tolérance, de la paix, un pays avec des valeurs nobles. […] Je suis Français, musulman, artiste […] marié à une chrétienne, journaliste.... très, très belle. Ça pour moi c'est la France ». Voir par ex. http://actualite.portail.free.fr/people/18-01-2015/jamel-debbouze-la-france-c-est-ma-mere-on-touche-pas-a-ma-mere/ 

[viii] Allusion est faite, bien sûr, à un ancien et classique dessin de Charb ; ceux qui ne le connaissent pas et souhaiteraint le voir peuvent le trouver sur https://www.youtube.com/watch?v=seFriE8kH9I mn. 9.05

[ix] Qui me contredit ? Qui connait une culture dans laquelle il n’y a (en principe) aucune limite à l’humour… 'En principe' car il y a quand même des Français de cilture judéo-chrétienne qui n’apprécient absolument pas l’humour Charlie Hebdo preuve en étant que, sauf erreur, l'hebdomadaire tirait aux environ sde 350 000 exemplaires et que le lire dans le métro pouvait –et peut sans doute plus encore à présent- s’attirer des regards hostiles.

[x] Oui, je sais… L’humour de Charlie Hebdo ne peut-être résumé à KK-prout, je te b*** ou t’en***. Ce n’est pas sans raison que j’ai ajouté ‘et beaucoup plus recherché si affinité’. Il demeure que désormais, lorsque je songe à cet hebdomadaire, l’image qui me vient immédiatement à l’esprit est le dessin de Louison (http://blog.scommc.fr/wp-content/uploads/2015/01/ils-ont-dessine-des-bites-partout-louison.jpg). Et les dessinateurs ayant souhaité rendre hommage aux disparus ne se sont pas privés de s’en donner à cœur joie avec des crayons dans le c*** des meurtriers et autres artifices analogues. Mais nous sommes bien d’accord, il n’y a pas que ce type d’humour. Pour un aperçu de ces croquis, voir par ex. http://positivr.fr/hommage-charlie-hebdo-dessins/  , http://focus.levif.be/culture/livres-bd/charlie-hebdo-des-dessins-pour-rendre-hommage/article-normal-360423.html , http://www.lepoint.fr/societe/charlie-hebdo-des-dessins-pour-l-hommage-09-01-2015-1895239_23.phphttp://blog.scommc.fr/je-suis-charlie-putain-de-croyance/ , etc.

[xi] Un éventuel retour à la lecture de la note 1 pourrait s’avérer utile.

[xii] Observer ici encore qu’il n’est pas fait allusion au n° 1178de Charlie Hebdo, mais au n° 1011

[xiii] .Emission TV, France 2, 19 janvier 2015, ‘Un œil sur la planète - Le monde de Charlie’ , mn. 50.30

[xiv] J’aime bien Desproges, mais ne suis pas un passionné. J’ai donc des lacunes et, depuis que j’ai mis en ligne le post dont référence infra, j’ai appris cette citation semble avoir été altérée (http://fr.wikipedia.org/wiki/Discussion:Pierre_Desproges) et que, peut-être, sa polysémie induit que  la signification que je lui donne ne correspond pas au sens.

Signification, sens ? Signification = ce que comprend celui qui entend ou lit le message ; sens = ce qu’a véritablement voulu dire l’auteur du message.  Si tout cela ne vous semble pas clair, faire un tour sur http://le-bosse-fort.over-blog.com/2014/11/dylan-et-don-t-think-twice-it-s-all-right-me-suis-je-fait-rouler-dans-la-farine.html et, plus particulièrement, les schémas. Vous y retrouverez tous les mots en caractères gras.

J’ai en effet relevé sur la Toile de savants débats sur le sens de cette phrase. Voir par ex. http://www.mortaurire.org/node/27  ,  http://www.acontrario.net/2013/09/25/desproges-coluche-humour-noir-second-degre-imposture/http://www.egalitariste.net/2013/04/21/lhumour-est-une-arme/  , etc. Je n’ai nulle intention d’entrer dans le débat. Je préfère me réfugier derrière ce que l’on peut considérer mon droit intellectuel à faire primer ma signification sur le sens (sur ce pseudo-droit, cf. le même billet  sur http://le-bosse-fort.over-blog.com/2014/11/dylan-et-don-t-think-twice-it-s-all-right-me-suis-je-fait-rouler-dans-la-farine.html). Pour ma part, en utilisant la phrase de Desproges, je n’entends nullement avoir recours à un argument d’autorité pour faire entendre que l’autre manque d’humour et qu’il fait honte au dieu du rire comme le propose http://www.acontrario.net/2013/09/25/desproges-coluche-humour-noir-second-degre-imposture/ mais, bien au contraire, que l’on peut rire de tout et de n’importe qui ou quoi… à la condition de s’être préalablement assuré que celui auquel est envoyée une bulle la comprendra et qu’il n’en sera pas fâché (et je reconnais en y réfléchissant vaguement, que je suis peut-être en contre-sens avec le sens).

[xv] Dois-je rappeler aux vénérables ex-élèves qui se promènent sur ce blog que le judaïsme remonte à Abraham (historiquement, peut-être des migrations de Ur à Harran dont on suit archéologiquement vaguement la trace vers 2 000 / 1 800 av. J.C.), à Moïse (allons-y pour les environs de 1 200 av. J.C.), voire à Salomon (admettons le Xe s. avant J.C.), lequel n’était pas encore franchement monothéiste puisque, outre le célèbre Grand Temple de Jérusalem, il fit bâtir des lieux de cultes à plusieurs divinités issus du paganisme mésopotamien ; que le christianisme fit suite à l’enseignement de Jésus supposé être né en l’an ‘O’ de notre ère (nous n’allons pas discuter ici de l’époque exacte / probable de sa naissance) ; que l’Islam dut attendre les révélations de Mahomet, lequel naquit l’ ‘Année de l’Eléphant’, soit 570 ou 571 de. n.è. et que, pour que la religion et le droit mettent en place leurs principes fondamentaux, il faudra attendre les Abbasides (750 – 1218 de n.è.)   En tout état de cause, nous sommes loin des millions d’années avancées par Samy Naceri. Quant aux lois interdisant les caricatures d’hommes politiques, vrai que de Gaulle tenta d’imposer une censure certaine, mais Samy Naceri  devrait donner au minimum un coup d’œil à la brève vidéo proposée par http://culturebox.francetvinfo.fr/expositions/patrimoine/vive-le-dessin-libre-les-caricatures-du-general-de-gaulle-a-colombey-132491  et, concernant Pompidou ou Mitterrand, feuilleter ne serait-ce que quelques numéros des époques correspondantes du Canard Enchaîné lui éviterait de lâcher des énormités devant des milliers de téléspectateurs.  Concernant enfin les représentations de Jésus, quelques informations sur la querelle entre iconoclaste et iconodoules et les visites d’une une église ou deux, d’un musée dédié à la peinture ou deux, seraient bienvenues.

[xvi] Est-ce une fausse idée de ma part ? Qui en connait une seule ? Et même dans les caricatures contemporaines, si l’on peut reconnaître le Dieu des Chrétiens, on ne voit guère le Prophète http://www.huffpostmaghreb.com/2015/01/08/charlie-hebdo-les-dessina_n_6435426.html

[xviii] Je pense par exemple au nourrain tirelire, le porc ayant été longtemps un symbole sinon de richesse, en tout cas d’abondance familiale. Et puis n'oublions pas toutes les expressions liées à cet animal (sale comme un porc, hurler comme un cochon que l'on égorge -pauvre bête !-). Sur un plan plus occidental, songeons par exemple aux célèbres Trois Petits Cochons de Walt Disney qui lui inspireront les personnages de papier que sont Naf-Naf, Nif-Nif et Nouf-Nouf avec le Grand Méchant Loup et 'P'tit Loup', etc !

[xix] C’est également de Marat. Je viens de trouver cette citation sur http://www.dicocitations.com/auteur/2921/Jean_Paul_Marat.php , alors que je cherchais à vérifier si celle qui la précéde était bien de Marat.

 

 

 CDI du Collège-Lycée Averroès - Capture d’écran. France 5, ‘C dans l’air’, vendredi 23 janvier, time 1:04:54 (illustration Carlos Latuff, voir infra pour références à l'original))

CDI du Collège-Lycée Averroès - Capture d’écran. France 5, ‘C dans l’air’, vendredi 23 janvier, time 1:04:54 (illustration Carlos Latuff, voir infra pour références à l'original))

 

Mise à jour 30 janvier.

 

François Hollande grimé en Hitler : "Liberté d'expression, chacun son tour !"

 

La ‘Une’ du journal arabophone marocain "Al Watan Al Ane" propose, dans son édition d’hier, jeudi 29 janvier, un photomontage qui présente François Hollande flanqué d’une moustache à la Hitler avec, au bras gauche, un brassard muni d'une croix gammée.

L’illustration reçoit pour commentaire "Les Français vont-ils faire renaître les camps de concentration d'Hitler pour exterminer les musulmans ?" (http://www.francetvinfo.fr/politique/francois-hollande/un-hebdo-marocain-compare-hollande-a-hitler-une-sonnette-d-alarme-pour-la-classe-politique_810733.html avec reproduction de l’illustration en cause).

 

Le directeur de la publication, Abderrahim Ariri, dit assumer la complète responsabilité de cette page.

 

Je ne vais pas entrer dans le débat sur le fond.

Notons simplement que, rebondissant sur des incidents diplomatiques entre le Maroc et la France ainsi que sur le fait que des actes islamophobes semblent se multiplier sur le territoire français depuis les attentats de Paris, comme cela a été souligné dans le billet ci-dessus, le journal entend reprocher, et frapper fort, sur le fait que le gouvernement français ne protègerait pas avec suffisamment d’égard les Français musulmans, alors qu’il le fait pour les Français juifs (notons en passant une possible pointe d’antisémitisme qui pourrait avoir son intérêt plus loin ; à noter également que cette comparaison avec la protection accordée au Juifs ne figure pas dans la référence au Monde donnée ci-dessus, pour la lire, voir par ex. http://www.20minutes.fr/medias/1529371-20150130-video-journal-marocain-grime-francois-hollande-hitler)

Je laisse à d’autres (... ou à moi-même si le coeur m'en dit, mais dans un autre billet) le soin de débattre du problème.

Le faire ici serait totalement hors sujet.

 

Inutile, non plus, d’entrer dans toutes les finesses d’un débat juridique entre diffamation et liberté d’expression. Observons rapidement que, à en croire Le Monde, Abderrahim Ariri pourrait tomber sous le coup de l'article 52 du Code de la presse marocain qui pénalise l’"offense commise publiquement" envers un chef d'Etat étranger (http://www.francetvinfo.fr/politique/francois-hollande/un-hebdo-marocain-compare-hollande-a-hitler-une-sonnette-d-alarme-pour-la-classe-politique_810733.html)

 

Ce qui, dans le cadre de ce post, a attiré mon attention est le photomontage pour lequel a été relevé le commentaire « liberté d’expression, chacun son tour ! » http://www.linternaute.com/actualite/politique/hollande-en-hitler-honteux-grotesque-ou-liberte-d-expression-les-reactions-contradictoire-0115.shtml

 

Je suis quasi persuadé (j'ai donc quelques doutes ; qui peut confirmer ou infirmer ?) que, dans le contexte de la culture du directeur de la publication, il n’y a aucune différence entre publier des caricatures du Prophète, personnage juridiquement immatériel selon l’analyse d’un Canard pur produit de la culture occidentale (quoi que, après plus de 10 ans passés en Orient, il y a ici et là de sérieuses brèches...), et transformer François Hollande, personne physique identifiable, en l’un des individus les moins recommandables de l’histoire, le tout quelque 48h après la célébration du 70è anniversaire de la libération d’Auschwitz par les Soviétiques, d’autant que sur une demande de l'Union des Etudiants Juifs de France [UEJF] et de l'Union des Déportés d'Auschwitz [UDA], François Hollande a déclaré qu’il souhaiterait supprimer du Web tous les sites négationnistes http://freetheinternetfromdenial.wesign.it/fr.

 

Louable intention de François Hollande d'une part, et remarquable provocation d'Abderrahim Ariri d'autre part, même si, occidentalement parlant, elle est d'un goût plus que douteux !

 

Occidentalement parlant seulement car, si l’on en croit Wikipedia (http://fr.wikipedia.org/wiki/N%C3%A9gation_de_la_Shoah),  Robert Satloff a écrit dans un numéro Washington Post datant de 2006 qu'« une institution respectée spécialisée dans la recherche sur l'Holocauste a récemment rapporté que l’Egypte, le Qatar et l’Arabie Saoudite encouragent tous la négation de la Shoah et protègent les négationnistes de l'Holocauste" (http://www.washingtonpost.com/wp-dyn/content/article/2006/10/06/AR2006100601417.html).

En 2005, Mohammed Mahdi Akef, alors chef de file des Frères musulmans égyptiens, dénonce ce qu'il appelle « le mythe de l'Holocauste» et a apporté son soutien aux thèses négationnistes de l’ex-président iranien Mahmoud Ahmadinejad, lequel, soutenu par ce qu’il est convenu de nommer des 'historiens indépendants’, sans oublier, un peu plus tard, les interventions de Dieudonné (http://jssnews.com/2010/01/29/dieudonne-encore-a-teheran-retape-dans-le-negationnisme/) déclarait le 14 décembre 2005 « [les Juifs] ont fabriqué une légende sous le nom de massacre des juifs et placent cela plus haut que Dieu lui-même, que la religion elle-même, que les prophètes eux-mêmes. » (http://www.iran-resist.org/article1185.html).

 

Bref, ''pour le politologue Jean-Yves Camus, c'est « le monde arabo-musulman qui, en 2006, constitue la principale aire de déploiement du discours négationniste, où celui-ci est devenu vulgate officielle de […] forces clérico-politiques importantes''  (http://fr.wikipedia.org/wiki/N%C3%A9gation_de_la_Shoah)

 

La situation a-t-elle changé depuis ?

 

On peut toujours y croire, on souhairait même que ce soit une réalité mais, dans le cas contraire, on peut facilement imaginer qu’Abderrahim Ariri adhère aux thèses négationnistes, d’où peut-être la possible pointe d’antisémitisme relevée précédemment : la France accorde aux Juifs ce qu'elle refuse au musulmans. Et l'allusion de la 'Une' concernant les camps de concentrations seraient alors à prendre au second degré... une simple boutade de négationniste.

 

Pour lui, il n’y aurait alors aucune différence entre ce qu’il analyse probablement comme le blasphème perpétré par les caricatures du Prophète de Charlie Hebdo et la bonne blague bien provocatrice, selon lui, d’un François Hollande en Hitler dans laquelle l’Occident voit un outrage sans borne, ce dont témoigne la presse occidentale d’aujourd’hui.

 

« Liberté d’expression, chacun son tour ! »…

 

Pour apprécier la pertinence de l’exclamation, tout est question de culture… (ajout du 4 février - peut être 'enrichissant' un coup d'oeil sur http://www.huffingtonpost.fr/2015/02/02/iran-charlie-hebdo-concours-caricatures-holocauste_n_6592576.html )

 

Mais après tout, avant d'aller chercher midi à quatorze heures comme je viens peut-être de le faire, depuis des siècles que dure le débat sur le respect que se doivent (... que se devraient !) mutuellement les populations orientales et occidentales, peut-être faut-il voir dans cette caricature une application extensive de la loi de Godwin, et peut-être convient-il de simplement sanctionner Abderrahim Ariri par l'attribution d'un point Godwin... (en cas de besoin, vous pouvez donner un coup d'oeil sur http://fr.wikipedia.org/wiki/Loi_de_Godwin ou encore http://www.huffingtonpost.fr/2014/08/24/point-godwin-defininition-explication-theorie-reductio-ad-hitlerum_n_5703683.html avec reproduction d'un coupon illustrant le second sens du mot 'point').

Le blasphème : entre droit et devoir de réserve ?  Les mots justes de Jamel Debbouze

Partager cet article

Repost 0

commentaires