Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le Défouloir d'un prof
  • : Voir : http://le-bosse-fort.over-blog.com/2014/09/presentation-du-blog-du-canard-mise-a-jour.html
  • Contact

Pensée...


"Mort aux vaches,
vive l'anarchie"
(G. Brassens)

Recherche

Liens

3 novembre 2008 1 03 /11 /novembre /2008 10:18

 

Ajout du 8 septembre 2013 : je viens de poser une suite à ce post -> http://le-bosse-fort.over-blog.com/article-les-vacances-des-profs--2--for-ever-119943991.html

 

------------------

 

Je pose ces photos pour ceux qui me demandent si j'ai passé de bonnes vacances de Toussaint...

 

Des comiques qui s'ignorent, ces gens là !

 

Bonnes vacances ? Matez-moi ça... avant de poser les questions sensibles qui agacent... !!

 

(Suite en-dessous des photographies)

   

 
Vous pouvez y aller et tourner en tout sens les photos : il n’y a aucun trucage. Si le centimètre se trouve à « 40cm » et non à « 0 » au bord de la pile, c’est qu’il me fallait trouver un moyen de le faire tenir. C’est cette installation, ce bricolage… cette mise en scène que montre l’image ci-dessous.

Il n’y a pas d’arnaque, et croyez que je le regrette bien vivement L

9 cm de copies / dossiers ? Oh ! C'est du train-train habituel de vacances. Le plus souvent, lors de celles de Noël, j'en ai le double... Normal... Classique.


   


Mettons-nous bien d'accord ; je ne critique pas le fait d’avoir à faire du travail chez moi ! Non ! Pas du tout, d'autant qu'il est traditionnel de considérer que 1h de cours = 3 heures de travail : 1h de face à face avec les élèves, 1h de préparation (cours, sujets d'études ou de devoirs, etc.), 1h de correction des travaux de nos ouailles. Je critique cette société d’imbéciles qui ne sait plus que loucher dans le potage du voisin pour voir si le sien ne serait pas meilleur tant en quantité qu’en qualité ; pour voir s’il n’a pas été lésé dans la distribution revenus / temps de travail !

 

Personnellement, je ne demande rien mais, par contre, je ne supporte plus ces sinistres crétins au Q.I. de poulet d’élevage industriel qui s'imaginent qu'un prof fait ses cours puis salut la compagnie, je vais me balader ! "Alors le prof... encore en promenade / en vacances ? "...

Pauvre gros niais (la version au féminin n'est pas à exclure ; loin de là, et cette version peut donner l'incarnation de harpies authentiques J) !

 

Cela me rappelle cette mère totalement à la masse à laquelle un journaliste TV demandait ce qu'elle penserait de la possibilité d'avoir accès aux notes de son enfant sur le site web de l'école dont il dépendait et qui s’écriait en toute bonne foi quelque chose du genre : génial ! Il / elle ferait son interro à 8h et à 8h30 j'aurais les résultats !

 

Ben voyons !

 

D'abord, Madame, si votre enfant a une interro à 8h, l'enseignant qui est alors avec lui le garde, au minimum, jusqu'à 9h. Ensuite, en imaginant qu'il ait un trou dans son emploi du temps pour l’heure suivante, il est possible que, comme vous, il ait envie de boire un café, un thé, un chocolat en papotant avec les collègues qui ont également en trou dans leur emploi du temps. Enfin, s'il décide de travailler, amicalement soutenu par un gobelet de café en provenance du distributeur, compte tenu des cours à revoir ou à préparer, il est probable que la copie de votre enfant, comme celles de ses copains, plus celles d'élèves d'autres classes, devront attendre le week-end ou l’une de ces prochaines vacances dont (hé ! hé ! hé ! rire mesquin et plein de sous-entendus complices) les enseignants ne manquent pas.

 

Le week-end d’un enseignant ainsi que les vacances de courte durée, seuls ceux qui vivent avec un prof connaissent la réponse. Interrogez ma fille. Il y a longtemps qu’elle ne me demande plus ce que je compte faire ce week-end. Au mieux, elle me demande si je peux disposer de quelques heures pour… Vu la nuance et les sous-entendus ?

 

Et puis là barbe !

 

Si les enseignants sont des feignasses, des individus qui abusent scandaleusement de la société, il n’y a que deux solutions : les supprimer… ou venir les rejoindre pour parasiter avec eux, surtout si vous les enviez.

 

Je vous engage à commencer par la seconde solution si, bien sûr, vous vous êtes appuyé les études ad hoc et que vous avez réussi les diplômes requis J L J L (ben ouais ! Et, comme tout étudiant, pas de revenu et pas de cotisations / points de retraite pendant les années d'étude L ). Là, vous serez à même de jugez sur pièce... juste pour parler de la question en connaissance de cause.

 

Alors, Bienvenu au club des parasites de la société ! J

 

Avant de rejoindre ces reines et rois de la flemme, vérifiez en passant leur système de rémunération. Ils ne sont pas payés sur 12 mois… mais sur 10 (voir toutefois ci-dessous 'ajout du 21 mai 2013') . J’entends qu’en prenant une grille indiciaire de la fonction publique, vous pourrez constater qu’à indice équivalent un enseignant perçoit annuellement 2 mois de moins. En d’autres termes, les fameuses vacances des enseignants, les profs se les autofinancent…

 

Hé oui !... Alors votre jalousie, bien franchement, savez-vous où je la mets ? Devinez J ... Et ! Grossier, en prime, le Canard ? Mais qu'allez-vous imaginer ; votre jalousie, je pensais la glisser entre deux copies, rien de plus.

 

Pendant ce temps, je connais des rigolos critiqueurs systématiques de profs qui sont payés sur 13 (ceux-là sont légion !), 14, 15, voire 16 mois par an, et qui, par le biais des RTT ou avantages sociaux, ont au moins autant de vacances (j’en connais qui ont 15 jours de plus et payés sur 15 ou 16 mois) que les enseignants. En prime, le soir, le week-end ou les vacances venus ils n’ont alors RIEN à faire sur le plan professionnel… Ils ont fini leur travail, sentiment que ne connait jamais l’enseignant qui reste un éternel étudiant : il a toujours quelque chose à faire … ou qu’il devrait faire ; vu, en prime, le sentiment de culpabilité quotidien ? 

 

Serait le bienvenu un peu de respect et de reconnaissance pour ceux qui tentent d’insuffler savoir et méthodes de travail à vos enfant qu’ils soient à la maternelle ou en train de préparer une thèse... métier (vocation ?) de plus en plus difficile en une heure où les parents démissionnaires sont de plus en plus nombreux. Il est tellement facile (du moins à court terme) de dire toujours "oui" à un enfant. L'enseignant, lui, ne le peut pas. Imaginez des classes ou des amphis dans lesquels chaque élève ferait ce que bon lui semble.

Au fait, savez-vous que les enseignants ont le triste privilège de compter parmi les professions dans lesquelles il y a le plus de dépressions nerveuses ?


Et si, au lieu d'avoir la haine contre les enseignants, attitude que vous transmettez très souvent... trop souvent à vos enfants (oh ! mon/ma chéri/e comme il est méchant le prof d'avoir mis 5 à ta si brillante copie ; il ne t'aime pas, c'est certain : je vais aller le voir !), vous leur disiez tout simplement...

 

... Merci J
 

C'était la complainte de la déprime du prof qui a passé ses vacances

dans une baignoire de copies et de dossiers L en songeant que d'autres, ceux qui TRAVAILLENT, EUX, ouvraient la saison de ski J
... et lui téléphonaient régulièrement pour lui demander
pourquoi il ne venait pas les rejoindre
J

 

 

 

Ajout du 26 juillet 2010

 

Je suis étonné de constater sur les statistiques de ce blog combien ce sujet semble attirer des lecteurs qui, selon l'évidence, ne sont pas [que] mes élèves. Il y a trop de passage et de commentaires.

Il y en a un qui revient assez souvent : ramener dans ce post, ce que j'ai écrit p. http://le-bosse-fort.over-blog.com/article-34241501.html en bas de page. Trop long, me dit-on, et donc difficile à trouver.

 

Un copier / coller de l'essentiel devrait satisfairer cette observation judicieuse :

 

 

Une fois encore, je ne me plains pas ; je demande simplement que l’on cesse de considérer qu’un prof a fini son temps de travail quand sont passées les heures de face à face avec les élèves.

Les heures de cours ? Quand les promos sont sympas, ce qui est généralement le cas, elles constituent le gâteau que l’on amène sur la table… mais combien de temps en cuisine pour préparer le menu… et combien de temps pour contrôler la digestion de ce qui a été englouti (J je parle bien sûr des copies, dossiers, etc. nonobstant celui qu’il a parfois fallu pour déterminer puis composer des sujets).

Au final, je ne demande qu’une chose : que l’on cesse de considérer que le travail d’un enseignant commence lorsqu’il entre dans une classe et qu’il s’achève lorsqu’il en sort.

C’est comme si l’on admettait que le travail d’un cuisinier consiste uniquement à déposer une assiette contenant un plat élaboré devant ses clients.

C’est ridicule… et c’est tellement évident que j’en ai marre, que j'en ai une téra-giga-claque et que je préfère passer à un autre sujet.

 

 

2-copie-1.gif See you never !

 

 

  Ajout du 6 février 2012.

 

Contrairement à un principe bien établi par le Canard selon lequel ce blog n'accepte pas la polémique stérile, sauf bien sûr pour s'amuser avec ses élèves, je viens néanmoins d'éditer et de répondre à une maman militante anti-prof de base... si vous voyez ce que je veux dire ; je m'adresse là à la complicité des collègues de passage

 

Pourront peut-être se défouler en lisant son commentaire les mamans et papas qui passeraient par là (1) et qui la rejoindraient dans sa manière de considérer ces fumistes d'enseignants (en prime il y en a qui sont menteurs et indécents ; mais si : tout cela !  -N.B. j'en ajoute une couche ) lesquels, du fait de leurs grèves à répétition, n'assurent même pas leur rôle de nounou,  honte à eux  !!

 

(1) cette page attire en moyenne chaque mois une cinquantaine de lecteurs si j'en crois les statistiques d'Overblog ; le sujet hante-t-il donc tant les esprits ?! Alors acceptons ce que propose une collègue dans les commentaires ci-dessous : qu'un journaliste la suive pour voir quelles sont au juste les activités d'un prof !!

 

 

Ajout du 15 décembre 2012  

Enfin un article pas trop débile sur le métier d'enseignant : http://actualite.portail.free.fr/toute-l-actu/15-12-2012/trois-idees-recues-sur-le-metier-d-enseignant/

Ce qui me gêne est qu'il intervient alors que chacun sait que le gouvernement doit en recruter... car il en manque !

Qui osera poser ouvertement la question 'pourquoi ?'.

Ce texte sent quand même un peu la 'pommade' passée dans le sens du poil :-)  

 

Ajout du 21 mai 2013. 

Cette page étant particulièrement visitée (par des collègues ?), il me semble utile de noter que serait fausse la donnée juridique à laquelle je me réfère ci-dessus ainsi que dans l'une des réponses à un commentaire et selon laquelle les enseignants seraient payés sur 10 mois et non sur 12 (je la tenais pourtant d'une syndicaliste et la presse y a souvent fait référence v. par ex. http://www.marianne.net/Salaire-des-profs-les-vacances-ont-bon-dos_a194120.html ).

Voici quelques liens plus que sérieux qui affirment le contraire http://blog.francetvinfo.fr/l-instit-humeurs/2012/12/10/la-duree-legale-de-conge-annuel-des-profs-est-de-5-semaines.html ; http://blogs.mediapart.fr/blog/claude-lelievre/051212/du-nouveau-sur-les-vacances.

Je n'ai pas approfondi la question ne me sentant plus trop concerné du fait que je suis désormais à la retraite . Toutefois, si un visiteur en sait plus, la curiosité m'incite à lui demander d'être assez sympa pour laisser un commentaire. Merci et bonne route  .

 

Ajout du 6 septembre 2013.

Chers ex-collègues qui me faites le plaisir de me rendre visite, si vous vous sentez un peu seuls en ce triste jour où vous en avez marre du métier, un coup d'oeil sur http://www.causeur.fr/profs-public-prive-education-nationale,24019# vous permettra de réaliser  que, parfois, certains cherchent à aller au-delà des apparences. Oh ! Je ne dis pas que j'approuve tout l'article ; je pense simplement que quelques vérités fondamentales sont émises, et cela fait du bien de les lire. Allez ! Courage...

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Philippe 31/01/2013 21:46

Salut
Je m'appelle Philippe, je suis artisant et je trouve scandaleux de voir les profs protester pour leur salaire, pour leur carrières,pour leur petit bobo, pour leur dépression nerveuse, leur grève
,,n aller pas dans le privé vous risquer d avoir des ampoules aux mains ou de vous pendre parce que vous n'êtes assez payer ou parce que vous avez la pression a, oh les pauvres petit.et en plus
vous voudriez gagner 2500 euros avec 16 semaines de congés.
Le problèmes des profs est avant tout du au recrutement. Dans le privé on peut dégagé un mauvais éléments mais chez les fonçtionnaires ....
1 prof sur 10 est valable , le reste à la poubelle.heureuse que la gauche est passé.
Je présente mes excuses au professeur qui travaille avec leur tripes , pour les autres vous m avez compris on en a marre

Mr Canard 01/02/2013 11:57



Monsieur,


C'est bien parce que je suis à la retraite (depuis le 1er janvier) que je publie votre lettre et perds mon temps à y répondre, car compte-tenu de votre apparente
ouverture d'esprit nous allons droit dans une polémique 100% stérile. Qu'importe, cette réponse fera probablement sourire certains (ex)élèves.


Vous n'aimez pas les profs ? C'est votre droit ; moi, j'aime les artisans et les respecte.


1 prof sur 10 est valable... Oh ! Je connais des artisans qui, pires que les profs, abusent de leur situation (exemple ? Il faut refaire toute votre
installation électrique... Tu parles ; il y a un fusible à changer ! Il y a eu une émission TV assez 'amusante ' sur la question !) mais, à votre différence, je
ne me permettrais pas, par respect pour les artisans, de faire des statistiques 'pifomètriques' pour tenter d'évaluer les brebis galeuses. Sur quoi repose votre 1
sur 10 ?... Votre bon sens ou vos tonnes bien lourdingues  d'a priori ?... car il est évident que vous n'avez même pas lu mon texte ! Vous vous jetez sur moi comme
le tigre affamé se jetait sur les condamnés dans un amphithéâtre romain probablement car, hier, des (ex)collègues ont fait grève.


Si au lieu de déverser votre fiel sur moi et de m'agresser, ce qui est quand même très désagréable, vous m'aviez lu un minimum vous auriez appris que je n'ai
JAMAIS fait la moindre grève effective (donc allez râler ailleurs S.V.P., merci !) et que les fameuses 16 semaines de congés (que je n'ai à dire
vrai jamais comptées, je vous laisse donc la responsabilité du décompte), un enseignant normal (et il y en a beaucoup) les utilise pour près des 3/4 (à mon avis plus des 3/4 !) à préparer ses
cours, à corriger les copies.


En prime, vous auriez appris un élément essentiel concernant nos fastueux salaires : si l'on regarde une grille indiciaire de la fonction publique, un enseignant
n'est pas payé sur 12 mois, mais 10 (décret du 10 juillet 1946 pris à la suite de délibérations ayant eu lieu les 6 janvier
1945 et 11 avril 1946) ; autrement dit un prof autofinance une bonne partie de ses fameuses vacances au cours desquelles il bosse pour une bonne partie, désolé de le
répéter une fois encore, mais il faut bien enfoncer le clou avec marteau piqueur (... tiens ! il faudrait essayer, juste pour le fun ) puisque certains êtres particulièrement obtus réalisent sans difficultés que le pâtissier passent des heures à préparer ses
gâteaux avant de les servir, mais que le prof, lui, sert directement ses heures de face à face avec les élèves sans être passé en cuisine préparer ses cours (... et corriger les
copies !).


Alors pitié avec les vacances des profs ! Eux aussi en ont marre d'entendre des ‘couanneries’ !


Dernier point. Concernant ce que vous nommez 'le privé', si vous parlez du privé à 100%, vous avez raison. Si par contre, ce qui est probable (oh ! il est facile
de distinguer les deux systèmes du privé ; dans le privé à 100% la scolarité est très-très-très chère), vous songez au 'privé sous contrat d'association avec l'Etat', vous avez tout faux...
car dans ce système 'on ne peut pas dégager un mauvais élément' à partir du moment où il a été titularisé... Et encore une tournée de fumistes planqués



Il me paraît clair que vous devriez vous informer un minimum avant de me balancer au visage tout votre haine du prof. C’est pénible pour un retraité tout frais
(oh ! j'y songe : toute ironie mise à part, soyez sympa et pensez de payer vos cotisations, j’en ai véritablement besoin pour mes pensions de retraite car avec mes
gigantissimes salaires, je n'ai pas beaucoup d'€ de côté)… Tout frais puisque j’y suis depuis 1 mois tout rond… Tout frais également car il est bien évident que je n’ai rien fait de tout ma
carrière de prof. ! Hé ! 1/10 = fumiste : j'ai bien dû compter au moins pour 3  !!


Pardonnez-moi de vous laisser mais j'ai rendez-vous à midi sur un réseau social avec d'anciens élèves... preuve évidente que j'ai été un très mauvais prof ; pire
que moi ? Impossible y'a pas !


Bien cordialement de je-n'ai-jamais-rien-fichu-ce-n'est-pas-à-la-retraite-que-je-vais-m'y-coller ! 


 



Mypianocanta 22/12/2012 15:20

Cher collègue,
je suis arrivée par ici sur le conseil d'une autre collègue bloqueuse. Et je vous assure de tout mon soutien sur le sujet.
(j'en suis arrivée à redouter les réunions de famille à cause de ce genre de réflexions :()

Et j'aime beaucoup votre dernière remarque sur le "pourquoi manquons-nous d'enseignants ?"

Mr Canard 23/12/2012 09:40



Bonjour,


Votre soutien me va, bien sûr, droit au coeur mais ne me concerne plus directement http://le-bosse-fort.over-blog.com/article-le-canard-vous-tire-se-reverence-pour-partir-en-retraite-113478487.html


... Navré de vous abandonner.


Joyeuses fètes, bon courage pour la suite (certaines réformes qui sont dans l'air ne vont dans doute pas arranger la situation), sans oublier les piles de copies que vous ne devez pas manquer
d'avoir à corriger pendant ces... 'vacances'.



CHATAIN 01/02/2012 17:42

Votre coup de gueule me fait doucement sourire !
Cumulez ne serait que vos heures passées en cours (café et discussion déduits) et vos heures de corrections je suis certaine que vous n'arrivez même pas à 40h... alors même que malgré la crise on
continue de vous augmenter sans cesse, que vous avez un salaire de cadre qui lui le pauvre doit se coltiner une pression de ses supérieurs, clients, collègues que vous ne pouvez même pas imaginer
car ni vous ni malheureusement aucun prof ne connaissez le monde de l'entreprise, celui grâce auquel vous pouvez exercer votre métier ! Oui je suis d'accord que si on est pas content de notre
métier et jaloux de vos 16 semaines de congés (soit 50 jours de plus que nous), nous avons que faire prof, ... mais il est vrai que je ne serai jamais prof car je ne pourrais jamais supporter des
gens comme vous qui râlent de leur condition sans même imaginer celles de ceux qui les écoutent ! C'est de l'indécence qui m'agace plus que tout ! alors profitez de vos avantages et surtout arrêtez
de vous plaindre, de faire grève et de nous obliger à prendre des congés, à payer des nounous pour garder nos gosses !!
see you never... effectivement !

Mr Canard 06/02/2012 11:36



J’ai hésité à publier ce commentaire, non qu’il me dérange du fait qu’il me contredise, mais parce que
depuis la création de ce blog par l'une de mes ex-étudiantes, j’ai systématiquement passé à la corbeille tout ce qui peut conduire à des polémiques inutiles, car sans fin (voir
http://le-bosse-fort.over-blog.com/article-34241501.html).


Le commentaire furibard de cette jeune femme (…
enfin, je le suppose, puisqu’elle utilise le féminin et semble avoir des enfants scolarisés ; vive la grève pour lutter contre les parents qui assimilent l’enseignant à une nounou !

J) m’ayant bien fait
rigoler, MdR ! PTR XXXL, comme vous dites dans vos textos, courriels… et parfois même en marge dans vos copies, j’ai fini par décider de vous le soumettre.


Elle, je la fais doucement sourire ; moi, elle
me fait rigoler : nous sommes bien dans le cas de ces polémiques sans issue évoquées ci-dessus. En conséquence, je ne vais pas perdre
trop de temps à disserter pour répondre à sa caricature 100% beaufeuse de l’anti-prof, mais qui est néanmoins celle qui est bien
implantée dans le public, d’autant que, finalement, le problème est très simple :


Réponse A : ou bien je suis un
gigantesque menteur, un mythomane de haut vol en évoquant le quotidien de ma vie d’enseignant (qui est également celle de mes collègues sérieux, et ils le sont… tous
J)


Réponse B : ou bien cette jeune femme
n’a, elle qui m’accuse de ne pas connaître le monde de l’entreprise, aucune réalité du métier d’enseignant ; j’entends du prof qui tente faire son travail avec un minimum non pas de conscience
professionnelle mais, plus important me semble-t-il, de respect de ses élèves.


Après avoir lu ci-dessus les quelques commentaires de collègues de passage sur cette page (et qui sont
donc peut-être également tous de fieffés menteurs compte-tenu de leur témoignage), je vous laisse le soin de décider si notre visiteuse (sympa les invitées imprévues dans ce blog, mais néanmoins
désagréable de se faire injurier par elles !) a raison de hurler : Réponse A, Jean-Pierre et c’est mon dernier mot

J, puis d’opposer
les pôôôôvres cadres de l’entreprise privée (ai-je écris quelque part qu’ils ne bossaient pas ; pourquoi cette comparaison hors de
propos ?) à ces tire-au-Q de profs qui n’ont souvent aucune conscience de l’entreprise (sur ce point, elle a raison mais, manque de
chance, me concernant, j’ai travaillé en entreprise en tant que cadre ; il faut bien financer les études qui permettent de devenir bulleur
professionnel et parasite de la société
J… et, précision
intéressante, j’avais le temps d’assurer mon travail en entreprise et mes études ; il est vrai que le monde a changé depuis, soyons honnêtes).


A dire vrai, je ne vous en veux pas, Madame, ni pour votre accusation indirecte d’être un menteur, ni pour
celle, directe cette fois-ci, de sombrer dans l’indécence ; c’est trop, vous me comblez.


Je suppose que vous êtes commerciale (vous parler de clientèle) et je vous imagine, à la suite de quelques
rendez-vous éprouvants, avoir croisé dans les couloirs votre Directeur Commercial qui vous a laissé entendre que votre productivité était insuffisante et vous a fixé de nouveaux objectifs
irréalisables. Comble du comble, cet entretien imprévu vous a mis en retard pour aller chercher les enfants que vous aviez confié en catastrophe à la voisine, laquelle vous avait fait promettre
de passer les chercher avant 18h, car ces sombres andouilles d’enseignants étaient encore en grève et qu’il n’y avait pas
école.


Pour vous changer les idées, je vous vois partir sur l’Internet, tomber sur ma page et vous défouler en ne
voyant que ce que vous souhaitiez voir du fait de vos préjugés à la petite semaine.


Grand bien vous fasse si cela vous a soulagé, mais vous êtes mal tombée car le prof que vous aviez sous la main confesse sur un
blog destiné avant tout à ses élèves (et ex-élèves) - ils pourront donc juger et réagir si besoin était- de 3 jours de grève dans toute sa carrière d’enseignant (… j’arrive à la retraite) ; et comme je suis le roi des crétins (qualificatif qui m’est inspiré pour le fun par ces parents de plus en plus nombreux qui confondent allégrement prof et nounou… suivez mon regard
L), les 3 fois, je m’étais officiellement déclaré en grève pour les statistiques, mais j’étais
néanmoins en face de mes ouailles pour assurer mes cours ; elles ont des examens, ces ouailles, et pour certaines des concours. Dans le respect que je leur dois, figure bien le fait de boucler
les programmes.


Et puis, entre deux je-bouffe-du-prof , je me permets de vous suggérer de revoir votre conception de l’enseignement : préparation
des cours (de plus en plus informatisée sous PowerPoint avec iconographie… nous y passons un temps inimaginable, et n’oublions pas les lectures de type professionnel pour nous tenir informés de
l’évolution de nos disciplines respectives afin d’adapter nos enseignements au XXIe s.), correction des copies (me concernant, vous qui semblez aimer les chiffres, j’évalue mon temps annuel de
correction à quelque 10 semaines de travail à 6h ou 7h/jour –6h ou 7h seulement, car je déduis les poses café ou poses je-vais-penser-à-autre-chose car je ne sais plus ce que je lis, pardon d’être une petite cervelle-, voyez que, pour dégager ce temps, sont bien
occupés
J les week-ends et une bonne partie des 16 semaines de congés que vous avez calculées ; je ne l’avais
jamais fait, et si je le faisais, nous n’aurions pas la même comptabilité car les vacances de la Toussaint, de Noël, de février sont planifiées dans le cadre du travail pour les corrections et,
éventuellement, les retouches dans la mise en place de cours… Il reste malgré tout du temps pour se reposer ? Oui ; heureusement !).


Je tiens à présent, Madame, à vous souhaitez bon travail.


Pour moi, la retraite arrive, je l’ai dit déjà.


Pour vous être agréable j’écris que je n’aurais rien fichu de ma vie active, comme tout bon prof de base ; ce n’est donc pas à la retraite que je vais me mettre
au charbon
J.


Après avoir profité honteusement de vos impôts pour recevoir chaque mois un salaire de ministre, il faut à
présent que je profite de vos cotisations pour assurer ma royale pension (au fait ! j’ai beau regarder mes bulletins de salaire sur plusieurs années je ne vois pas les augmentations régulières
dont vous parlez !).


Navré, mais il fallait bien que je vous lance une vanne compte-tenu de l’agressivité permanente dont vous
avez fait preuve dans vos commentaires de cadre overbookée qui est la seule à travailler
J.


See you soon car, franchement, vous m’avez bien fait rigoler ; vous pouvez donc repasser à l’occasion, ...et sans rancune.


 


PS. Je dois vous quitter car une étudiante m’attend à la cafétéria pour me présenter les pages d’un
mémoire que dirige l’un de mes collègues. Comme elle a constaté, pendant les 2 ans que je l’ai eue en cours, que j’avais quelques
notions sur les réalités de l’entreprise, elle souhaite connaître mon avis.


Son thème de recherche ? Pour une université plus
professionnalisante (titre provisoire) ; et le plus drôle est que je ne plaisante pas.


Question : en allant discuter avec elle, café en main, suis-je hors ou dans du temps de travail ?


De plus, la question se corse (pas le café, il est infâme
J) car il est
probable que nous devrons quitter la cafétéria pour nous rendre à la bibliothèque. J’y suis d’ailleurs passé tout à l’heure entre deux cours pour repérer une base bibliographique (et là : …
travail or not travail , pardon Willie pour ce plagiat ignoble, mais le problème devient bel et bien shakespearien, à moins qu’il ne soit du
domaine de Gad Elmaleh J).


… Quand cesse exactement le travail de l’enseignant ? Aaaah ! Le Grand débat !


Très franchement ? Je me fiche totalement de la réponse ; je fais comme je pense devoir agir pour mes
élèves (… il arrive que des parents me passent un mot ou me demandent un rendez-vous pour me remercier ; si ! si ! je vous assure, il y a encore dans ce pays des Français qui
réfléchissent et sont conscients de ce que nous faisons pour leur progéniture, mais ils sont si rares !!) sans me poser de questions idiotes, à la différence de ''certains''. L'ennui est que
ce sont ces ''certains'' qui nous observent sans chercher à comprendre qui se la posent, qui la posent largement et qui, totalement dépassés par le sens de nos activité destinées à LEURS enfants,
nous prennent pour des paillassons, les exutoires de leurs problèmes, de leurs difficultés au quotidien.


Est devenue la norme enseignant = n’en fait pas une + est toujours en vacances + prolonge ses
sempiternelles vacances par des arrêts maladies + des grèves à répétition + désorganise ainsi le quotidien des familles en n’assurant pas régulièrement son rôle de nounou...


C’est cela que je ne supporte plus : ces clichés cartes-postales, ces critiques de tout à € 0.50 qui ne
conceptualisent absolument pas ce qu’est enseigner
J.


Voir dans les commentaires de cette page la jeune collègue qui craque… déjà !


Un bémol : il est évident que, hors des heures de cours imposées par un horaire, nous organisons notre
travail comme nous l’entendons... que nous sommes libres.


Mais est-ce si facile qu’il y paraît que d’être en autogestion permanente du travail à effectuer
?



Baurens 24/01/2012 21:45

le plus dur, c'est de ne JAMAIS avoir de temps avec les enfants !!! j'en ai 4, ils sont à la maison, DANS la maison, mais très rarement AVEC nous (mon mari est prof, et c'est juste l'horreur ...)
On a de plus en plus de présence au bahut (des réunions, des concertations sans fin), et quand on rentre, on se demande quand on va pouvoir bosser... j'ai de plus en plus de mal à bosser le soir
après avoir couché les enfants. Je n'ai jamais terminé, jamais de repos d'esprit, je n'en peux plus...mais j'adore faire cours. Mes enfants ne supportent plus de nous voir bosser sans cesse comme
ça. Si par chance je réussis une expédition cinéma, je me torture pendant tout le film "quand est-ce que je vais bosser?"
c'est juste horrible.. pour 1885 euros net, je travaille plus de 50 heures par semaine. je voudrais qu'un journaliste vienne me suivre une semaine...

Mr Canard 25/01/2012 12:54



Les profs n'en font pas une ; je publie ce témoignage sans commentaire supplémentaire... Bon courage, collègues  
... et attention à la déprime



Françoise , prof. de lettres à Toulouse. 16/08/2009 19:25

Bravo, chère collègue, d'avoir mis si calmement les choses au point.C'est exactement le discours que j'aurais envie de tenir si je n'étais pas certaine d'exploser comme une cocotte-minute dont on aurait bouché la soupape, au bout de 5 mns, face à un interlocuteur généralement puant de mauvaise foi. En plus je suis fille de prof. Je n'ai donc pas connu ma mère, toujours dans une copie . (oui, j'ai tendance à dramatiser, mais bon...)Et ,en ce moment , pour les vacances, je vais vous dire : depuis début août, je prépare des cours. En tout cas, bravo pour ton sang-froid ! Et bonne rentrée !

Framboiz 10/05/2009 02:43

Bonsoir...(ou... bonjour... c'est comme on veut).
Il est 2 h 3 du matin. Je vais enfin au dodo. Je viens de m'arrêter de travailler. Je dis bien "m'arrêter" car je ne connais pas l'expression "j'ai terminé" ! ... Eh oui ! je suis prof... un vieux prof de 64 ans !
De désespoir, j'ai tapé deux mots-clé dans le moteur de recherche : prof et marre. Et je vous ai lue.
Merci pour votre tirade, humoristique de surcroît. Je vais partir plus sereine me coucher. Je me sens moins seule dans ma galère grâce à vous !!

Je vais vous dire : j'ai fait partie de ces "imbéciles" lorsque je travaillais dans le privé, autrefois... Je crois qu'on ne se rend vraiment pas compte tant qu'on n'est pas tombé dans la marmite ! J'adore notre métier, mais il est vraiment impitoyable. Je plains surtout les jeunes mamans qui jonglent avec le temps.
Merci pour les photos. Un jour je me suis photographiée, appuyée sur une pile énorme et j'avais épinglé sur mon tee-shirt : vacances février 200N ! Ca soulage... mais ça ne corrige pas les copies hélas !!!
Merci encore pour votre humour.
Cordialement.

bizbiz 29/04/2009 23:02

merci pour ce superbe texte qui résume bien notre profession.....j en ai marre aussi d'entendre toi quand tu bosses à la maison tu t'arrêtes quand tu veux.....mais eux quand ils sont à la maison ou en vacances ils le sont vraiment nous,JAMAIS!!!
une jeune prof qui en a déjà marre des réflexions à la CON!!

Lina 21/12/2008 21:15

Ben , excuser moi monsieur ce que je vous est demander n'avais rien d'une blague .... Enfin ,bref je m'excuse de vous avoir déranger .

Mr Canard 24/12/2008 06:34


Audrey... Serait-ce toi qui cherche à te venger ?
Mais comment ?
Ah ! J'y suis tu veux peut-être que je reconnaisse que je suis nul de chez Madame Nullité Absolue en maths, preuve en étant l' Hénaurmité que j'ai l'autre jour faite en cours en
faisant la soustraction entre 2 dates pour obtenir l'âge de ??? Je ne sais même plus de qui il s'agissait...
Bon, voilà, c'est fait. 


Mali 20/12/2008 21:45

Bonsoir, euh je m'apelle lina et je suis en 3eme . Cela pourrais vous sembler bizzare mais j'ai lu votre présentation et a ce que j'ai pu comprandre vous avais ètait un etudient . Enfin bref ou je veux en venir c'est que je voudrais votre aide ( s'il vous plait ) . J'ai un DM de math a faire et le problème et que il ya 3 exercise que je ne comprand pas . Alors je me suis dit que si vous n'avez pas beaucoup de chose a faire vous pourrais m'aider ? Voilà , merci de bien vouloir me répondre .

Mr Canard 21/12/2008 10:52


Là, je hume la blague un peu lourdingue... alors, pour une fois, je ne joue pas au censeur et je publie le com pour que son auteur soit satisfait.
Réponse ?
Pour les Maths, ilo faut demander à Xavier Darcos ; c'est un pro  http://le-bosse-fort.over-blog.com/article-25983934.html 
@+ 


Le niortainiais 06/11/2008 21:24

Pauvre homme... Je compatis... Si, si vraiment... Je ne vois qu'une solution : XO ou vieille réserve (vais y aller ce we si le temps le permet) ?

Mr Canard 14/11/2008 05:07


NON ! XO = copies, je risque d'en voir le double... voire le triple ; horreur ! Tu imagines la montagne de copies que cela donnerait :-) ?