Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le Défouloir d'un prof
  • : Voir : http://le-bosse-fort.over-blog.com/2014/09/presentation-du-blog-du-canard-mise-a-jour.html
  • Contact

Pensée...


"Mort aux vaches,
vive l'anarchie"
(G. Brassens)

Recherche

Liens

17 mai 2009 7 17 /05 /mai /2009 05:44


« Mis en ligne le 17 mai »
fait suite à  

http://le-bosse-fort.over-blog.com/article-31512142.html

http://le-bosse-fort.over-blog.com/article-31512066.html

Pour éviter d’avoir un dossier trop lourd, je coupe ce long article en 3. « Comment ai-je perdu 20kg » I / II / III. Comme je l’ai écrit rapidement, pardon par avance pour les fautes de frappe, d’orthographe, voire de français ; j’y ai passé près de 3h… et j’ai quand même d’autres activités plus prenantes et utiles que celles de raconter ma vie L. 

·         Quelques exemples de plats que j’ai mangé assez / très régulièrement tout en perdant du poids.

 

Ce qui suit pourra paraître un peu fouillis. J’aurais pu classer par rubriques ; viandes, poissons, légumes, etc. Mais cela aurait trop ressemblé à une prescription médicale, laquelle une fois encore n’est pas mon but. Je cherche simplement à témoigner de ce que je mange en livrant des préparations culinaires (hé oui !!!), des repas. A vous donc, si besoin est, d’aller à la pèche et de rétablir les listes que vous souhaitez.

 

o    Poireaux en salade. La sauce sera faite avec du yaourt à 2x0%. Pour « tenir à l’estomac », vous pouvez ajouter un peu de riz cuit à l’eau sans rien dedans (vous pouvez également mettre du quinoa… met qui vous incitera à faire un tour sur l’Internet ou dans des bouquins pour voir son origine ; le mélange riz + quinoa est à mon goût assez plaisant)

 

o    Tomate… Géniale la tomate ! Je la consomme très souvent 100% nature. Variante possible : avec des oignons (rouges, ils me semblent plus adapté aux crudités, que l’on peut consommer directement ou après leur avoir fait faire trempette dans du sel pendant plusieurs heures ; c’est alors la même préparation que le concombre) ; du riz + quinoa éventuel selon l’humeur. Si l’absence de sauce ne me branche pas un jour,  je sors du réfrigérateur mes yaourts à 2X0% et c’est reparti…

Au rayon tomates, je les consomme également coupées en deux passées au four… toujours sans la moindre goute d’huile d’olive ou non, mais des épices en tout genre. Variante : les arroser, après cuisson, de yaourt toujours à 0% dans lequel je mélange de l’ail, des piments, des épices…

 

o    Plusieurs fois, cet hiver, j’ai fait de pseudo pot-au-feu. Viande : du bourguignon maigre. Légumes : ce qui me tente (carottes, poireaux, aubergines, courgettes, poivrons, piments… pas trop forts quand même ! Je ne mets pas de pommes de terre… par goût –voir plus loin-). Faire cuire doucement pendant 2 heures et plus dans de l’eau salée ou mieux, de la bière ou du vin rouge (ou du blanc, pourquoi pas). J’assaisonne le tout avec ce qui me tente… sauf, bien sur, de la graisse (attention aux tablettes destinées à assaisonner les bouillons ; elles sont le plus souvent bourrées de gras). Après cuisson, laisser refroidir puis mettre dans un endroit frais (balcon jardin… ou réfrigérateur) jusqu’à ce que la graisse remonte à la surface et fige. Il sera alors facile de l’ôter avec une écumoire. Faire ensuite réchauffer et… bon appétit. Possibilité de prévoir grand au niveau des quantités, ce plat se réchauffe très bien (sauf s’il y a des pommes de terre… Pas terrible la pomme de terre réchauffée ; si ?). A noter  sur le plan culinaire : si vous trouvez un plat en terre qui va sur le feu (… ce que les Turcs, particulièrement du côté de la Cappadoce, et plus particulièrement d’Avanos, nomment un güveç) allez-y, c’est excellent. Par contre, après cuisson, changer le récipient. Au niveau de la cuisson, la terre donne une saveur qui me paraît fort sympathique ; par contre un plat qui reste dans la terre prend un goût qui ne me plaît pas du tout. Et si quelqu’un sait où l’on peut trouver des « güveç » (plat creux en terre allant sur le feu) en France, je suis preneur ; merci de me passer un mèl.

 

o    Pomme de terre. Fait-elle grossir ? Voir un diététicien… Non : en voir deux ou trois pour juger des avis contradictoires et déclarer, à ma suite, qu’il convient de faire comme on le « sent ». Le plus habituellement, je mange mes pommes de terre sans le moindre corps gras, bien sûr, coupées en deux et passées au four (avec éventuellement quelques grains de gros sel sur chaque moitié) ou, entières, mais d’une espèce petite, cuites dans une casserole en terre (excellentes les « rates » préparées ainsi !... Oui ! Oui ! Toujours sans gras !). Comme tout ce qui est sympathique pour accompagner ces pommes de terre est interdit, et que ce peut être un peu sec, je les mange le plus souvent avec une salade verte assaisonnée… d’une super sauce au yaourt 2x0%, comme d’ "hab", rien de nouveau sous les cieux.

Variante : il m’arrive de passer les pommes de terre au four en mettant dessus, en fin de cuisson, un mélange de viande hachée + tomates (concentrées ou fraiches) pour éviter que ce ne soit trop sec. Possibilité de varier la recette avec des légumes tels que courgettes ou aubergines pour faire un ersatz de moussaka… autrement nommée « petits farcis ». Rien n’interdit de mettre au fond un peu de riz. Puisque nous sommes dans les farcis, n’oublions pas les tomates… farcies, mais c’est moi qui préparere la farce : jambon maigre + viande haché de bœuf (pas de porc) + aromates, épices et fines herbes selon l’inspiration du jour.

 

o    Salade d’aubergines. Faire cuire des aubergines sur une plaque en fonte (style grill pour viande) sans redouter qu’elles ne brûlent un peu. Pour les consommer chaudes, mettez-les entières dans votre assiette, ouvrez-les avec un couteau et versez dedans du yaourt dans lequel vous aurez écrasé des gousses d’ail (nombre de gousses selon le goût de chacun). Pour les consommer froides, ôtez la peau de l’aubergine (en réalité ouvrez les et récupérer la chair avec une cuillère… un peu de peau grillée donne un goût légèrement fumé), écrasez-les avec du yaourt, de l’ail, du citron et les aromates et épices qui vous tentent. Ces préparations ne sont que des adaptations de ce que l’on mange couramment autour du bassin méditerranéen, en Grèce et Turquie notamment.

 

o    Steak hachés cuits au grill, poissons en tout genre préparé au court-bouillon ou cuit au four. Au niveau des viandes, j’ai toujours évité au maximum le porc (sauf le jambon), le mouton, le canard (si ! j’ai mangé des magrets après avoir ôté la peau et la graisse), l’oie… Pour Noël, moi qui n’en mange qu’exceptionnellement, j’ai bien évidemment –manifestation de mon esprit de contradiction !- fantasmé sur une dinde. J’ai craqué et l’ai faite au four sans ajouter la moindre graisse, lui laissant le soin de rendre la sienne. Je l’ai utilisée pour arroser, et arroser encore la volaille. Pour la manger, j’ai ôté la peau… comme d’  « habe » avec les volailles.

 

o    Œufs à la coque, pochés, au four micro-onde… Ce que ma mère appelait un lait de poule me rend bien des services lorsque je suis pressé : 2 œufs à la coque (ou au micro-onde… pas évident de ne pas les ressortir cuits durs !) cassés dans un bol, une goutte de lait écrémé, sel, poivre… et un wagon de pain dedans.

 

o    Epinards fondus doucement dans très peu d’eau… ou sans eau, les laissant dans l’eau qu’ils vont rendre. Les servir avec une sauce au yaourt aillé (c’est là une recette classique au Proche-Orient, particulièrement en Turquie).  Possibilité de mettre des œufs pochés dessus et 2 ou trois tranches de pain grillé, aillée ou non, dessous.

 

o    crudités en tout genre (salades vertes et tomates, bien sûr, mais encore choux-fleurs, choux blancs ou rouges, betteraves rouge, carottes…). Possibilités de les agrémenter de cornichons aigre-doux, dit encore « cornichons russes » et / ou de ce que les Turcs nomment des « tourchou » (légumes dans de  l'eau salée et aromatisée). Cela peut se manger tel qu’on les sort du bocal mais, également en accompagnement de fromages (voir les laitages) ou de crudités, comme je l’ai indiqué déjà.

 

o    Des haricots verts (congelés parce que je suis paresseux !)… sans rien dessus. C’est très bon ; mais si, essayez !

 

o    Lorsque la graisse m’a paru véritablement indispensable, ce qui a été exceptionnel de chez rarissime -ce fut au cours des fêtes de fin d’année-, j’ai utilisé, pour la cuisine à chaud, de la graisse d’oie ou de canard. On dit qu’elle est moins nocive que l’huile… mais je ne tiens pas à servir de cobaye pour savoir si c’est vrai. Pour la cuisine à froid (… des œufs de saumon sur du pain, ce n’est pas terrible !), je tartine avec du « Primevère » (et une page de « pub » !), trouvant infâme le célèbre Crox-Vitol (« pub » bis) recommandés par bien des praticiens. En prime, c’est très difficile à trouver (en tout cas dans ma région).

 

o    Je ne mange plus de pates : à mes yeux, des pates sans une sauce digne de ce nom et 3cm de gruyère n’offrent aucun intérêt et je préfère m’en passer. Par contre, je l’ai dit, j’ai mangé très régulièrement du riz cuit à l’eau et sans rien dedans (… c’est ainsi qu’il est servi dans les restaurants extrême-orientaux) et du quinoa.

 

o    Salade de lentilles, de flageolet, de fayot… sauce yaourt.

 

o    Salade verte avec la même sauce + du saumon fumé, ou du poisson cuit au court-bouillon, ou des dès de jambon, ou que sais-je encore des gésiers de volaille… (voir dessous)

 

o    Gésiers de volaille cuits hyper doucement dans une poêle antiadhésive SANS GRAS mais avec des oignons (pour le goût… et donner un peu de liquide). Couvrir. Lorsque les gésiers commencent à brûler (je ne plaisante pas J), mettre une larmichette de vin (blanc ou rouge, mais je préfère le blanc) ou de bière. En fin d’évaporation incorporer dans les gésiers une préparation à base de yaourt ou / et de crème fraiche à 3% + moutarde + condiments, épices, voire vinaigre (celui de framboise en particulier) selon le goût du jour. Un bref instant de cuisson douce. Cela peut se consommer en mélangeant les gésiers à une salade verte (c’est alors une salade aux gésiers… non confis L !) ou tel que avec du riz… ou du pain (variante… faire flamber vos gésiers avec du Cognac avant d’incorporer ce qui tient lieu de sauce, mais ça, ne le répétez pas !! J).

 

o    De la même manière que les gésiers, il est possible de préparer des tripes et, plus généralement des abats (cœur, rognons).

 

o    Laitages : lait écrémé, yaourt à 0%, fromages de biquette, y compris du yaourt… à 100% de ses corps gras J

 

o    Vade retro satanas : ma porte est fermée à la charcuterie, aux boissons sucré (exit les Coca, Fanta & Co !), aux jus de fruits (j’en ai assez de lire les étiquettes des produits que j’achète !). Si je veux un jus d’oranges ou de pamplemousse, je le fais avec de VRAIS orange ou pamplemousse.

 

o    Stop… Je pense avoir donné les bases de ce que j’ai fait et avoir donné assez de recettes.  La Maïté du menu régime, c’est moi J !... Comme la retraite approche (et mes élèves de repartir dans leurs calculs J), qui me finance un minuscule restaurant de régime dans une station de sport d’hiver  ?

 

 

·         Des aliments consommés régulièrement qui peuvent étonner… mais qui n’ont pas empêché une perte de poids.

 

o    Presque chaque weekend de cet hiver j’ai mangé une douzaine d’huitres… sans pain, sans beurre, juste nature ou un filet de citron (… ou de vinaigre pour ceux qui aiment). Il paraît que je suis dingue. En apport calorique 1 huître = une pomme de terre de belle taille… Je n’en sais rien et je ne veux pas le savoir. Si c’est vrai, j’ai maigri en mangeant 12 patates chaque weekend J.

o    Des crêpes… Lait écrémé + farine (blanche, noire, mélange des deux) + œufs : qu’est-ce qui ferait grossir dans cette mixture ? Pour les faire cuire, utiliser une poêle antiadhésive et verser la pâte alors que la poêle est très chaude. En cas de problème, mettre un peu d’huile pour la première crêpe, bien l’étaler avec du papier de cuisine… et la donner en pâture à ceux qui ne sont pas au régime. Et que mets-je dans ma crêpe ? C’est selon… un œuf brouillé ou au plat (cuit sans gras), du citron… Si vous êtes sage, je vous accorde une saucisse de poulet (avant d’acheter sous blister, vérifier la composition !)

o    Des olives vertes

o    Des steaks tartares… Recette habituelle mais remplacer l’huile par du yaourt et la ketchup par du concentré de tomates (quoi qu’il m’est plus d’une fois arrivé, et m’arrive toujours, d’utiliser de la ketchup ; il y en a qui n’ont pas trop de graisse végétale… ou adjonction de sucre)

o    Des sorbets faits par mes soins (c’est enfantin et c’est la sorbetière qui fait le travail !)… sans sucre ajouté ou acheté dans le commerce après 1h de lecture pour comparer les compositions.

 

 

·         A présent que j’ai perdu mes 20kg, j’ai réintroduit –avec parcimonie !!!- dans mon alimentation certaines denrées… et je continue à perdre du poids (j’en suis en réalité à une perte de 21,5 kg).

 

o    Un peu d’huile d’olive… mais pas de ces cochonneries que l’on achète dans les hyper marchés ! Je parle d’huile qui a le goût d’olive et que j’achète… Non, je ne vous dirais pas que je n’en trouve que très rarement en France et que le plus souvent elle vient de l’étranger. Toutefois, parce que j’aime beaucoup le personnage, je veux bien donner une adresse où l’on trouve de la VRAIE huile d’olive : Saveur de l’aventure, 1, rue du Marché, 44500 La Baule… http://www.businesspme.com/entreprise/27971/saveurs-de-l-aventure.html. Oui... Je ne doute pas qu’il y ait des magasins équivalents à Paris ou ailleurs… mais je ne suis ni parisien… ni d’ailleurs J. De plus, je constate que lorsqu’il m’arrive de passer dans ce magasin, j’y rencontre des gens venant de toute la France (y compris de Paris) qui font comme moi : des stocks !

Un petit plaisir : de l’huile d’olive (quelque 2 cuillères à soupe), des olives vertes et du pain… Cerise sur le gâteau : un petit fromage demi-sec de brebis ou de J  biquette.

o    Du miel, mais du BON miel, sans adjonction de sucre !!! Aux heures où je suivais le régime le plus strict, j’avais rencontré plusieurs personnes m’affirmant que le miel ne faisait absolument pas grossir et que c’était un excellent aliment pour l’équilibre du corps… Je n’en sais rien, je n’ai pas mené d’enquête. Par goût et pour agrémenter la joie de vivre, cela fait à présent bien 3 mois que je mange du miel à raison de 1 petite cuillère que je mélange à mon thé matinal*, 1 petite cuillère le soir dans du yaourt au lait de brebis. En 3 mois, j’ai bien dû consommer 1,5kg de miel… et je maigris toujours.

o    Je m’accuse de consommer une moitié d’avocat… environ tous les 15 jours. Pas de ces avocats rachitiques que l’on trouve dans les hypermarchés, mais de ces avocats géants (et à mon goût 100 fois meilleurs !) que je trouve chez mon copain Moussa, un Sénégalais qui les fait venir d’Afrique (avec bien d’autres produits, ananas, mangues, gingembre, etc.) ou du Brésil. Je les consomme sans rien… si, parfois, quelques grains de fleur de sel (… de Guérande !).

o    Hier j’ai fait bombance : 1 perdreau que j’ai partagé avec ma femme, accompagné d’une choucroute. La pauvre bête a été cuite au four sans graisse… mais entre un lit de 3 fines tranches de lard et une couverture de 2 tranches du même lard. Promis, je n’y reviendrais pas d’ici un moment.

 

·         Question du canard.

Qui aurait une compétence crédible pour me répondre à cette question.

Il m’a été dit, et j’ai lu plusieurs fois**, que miel + cannelle était un élixir de bonne santé notamment pour le poids, le cœur, les excès de cholestérol et de triglycérides.

Oh ! Ce n’est pas la crédulité qui m’a motivé… mais le goût. J’aime le (bon) miel, j’aime la cannelle et les deux mélangés conservent toutes mes faveurs gustatives. C’est ainsi que depuis environ 1 mois, chaque soir, je mets dans mon yaourt (le plus souvent de brebis… par goût ramené du Proche-Orient et, accessoirement, parce que traîne la rumeur selon laquelle le lait de brebis et de chèvre est bien meilleur à la santé que le lait de vache) la cuillère de miel indiqué plus haut + une bonne dose de cannelle.

Curiosité : ce mélange présente-t-il un caractère médicamenteux quelconque ?... N’ayez pas peur de me décevoir ! Une fois encore, c’est plus par goût que pour en tirer un effet quelconque sur l’hygiène et la santé que je le fais J.

 


Bon courage à ceux qui ont l’intention de me suivre !

Désormais, sur les pistes de ski, je ne souffle plus comme un boeuf et j'arrive (presque... Oui ! Bon ! C'est vrai, elle m'attend... parfois) à suivre ma fille qui a... beaucoup... beaucoup... moins d'années que moi !

Ajout du 4/09/2012 : je n'ai pas repris de poids... mais j'ai repris le tabac depuis (?? 3 ans sauf erreur) à raison de 3 à 5 cigarettes / jour.

 

* Mon thé matinal est du thé vert, du vrai, du bon… j’entends que je ne l’achète pas en sachet. Des années que j’en bois et cela ne m’a jamais fait perdre un gramme, n’en déplaise aux remèdes dits de « bonne femme »… La preuve ? J’ai dû me mettre au régime ! Ne soyons pas crédules, mais sceptiques et, à l’occasion, perplexes vis-à-vis de ces « trucs » et astuces. Principe : si c’était efficace, cela se saurait. Pratique on peut parfois être étonné… Un furoncle sur la poitrine alors que je vivais à Istanbul et, médicalement, il était convenu que l’on allait faire une incision. Notre voisine (salut Nuran !) arrive un soir avec une savante décoction visqueuse et chaude à base de cire d’abeille (il faut que je pense de lui demander la composition exacte).  Elle a étendu « grassement », selon l’expression consacrée, sa préparation sur le furoncle, a mis une large compresse dessus, a mis du sparadrap tout autour pour assurer la meilleure étanchéité possible en me mettant en garde : tout le pue va sortir. J’ai souri niaisement… et pourtant ! Le lendemain matin il n’y avait plus rien… enfin je parle de mon épiderme, pas du pansement… quelle horreur ! Elle a renouvelé l’application 3 soirs de suite et je n’ai jamais plus eu de nouvelle de ce bête furoncle ! Bref, les « trucs de bonne femme », on ne sait jamais trop… d’où les interrogations qui suivent sur les résultats éventuels du mélange miel + cannelle.

**Bernard Cluzel, Les remèdes naturels, Cap à l’Ouest, 2007, voir notamment ses pp. 41 (cholestérol), 42 (cœur [maladies du]), 125 (surpoids). Sauf erreur, vous trouverez très exactement les mêmes textes sur http://recettesgizousoleil.tripod.com/id55.html.  Si le lien ne fonctionne pas, saisissez « Cannelle miel cholestérol » sous Google et allez à la pèche. L’article titre « Trucs de Grand-Mère ». A propos de l’Internet, les avis sur les bienfaits de l’association « miel + cannelle » occupent des pages ; difficile de se faire une opinion… comme c’est souvent le cas sur la Toile J.

 


 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Cyrielle 17/05/2009 19:21

vraiment jadore vos artciles!! un réel plaisir de vous lire!! bon courage & bonne continuation!! (pour le régime pas pour le blog hein!!)