Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le Défouloir d'un prof
  • : Voir : http://le-bosse-fort.over-blog.com/2014/09/presentation-du-blog-du-canard-mise-a-jour.html
  • Contact

Pensée...


"Mort aux vaches,
vive l'anarchie"
(G. Brassens)

Recherche

Liens

17 mai 2009 7 17 /05 /mai /2009 05:51

 

« Mis en ligne le 17 mai »


Pour éviter d’avoir un dossier trop lourd, je coupe ce long article en 3. « Comment ai-je perdu 20kg » I / II / III.
Comme je l’ai écrit rapidement, pardon par avance pour les fautes de frappe, d’orthographe, voire de français ; j’y ai passé près de 3h… et j’ai quand même d’autres activités plus prenantes et utiles que celles de raconter ma vie L. 


Si la « littérature » n’est pas votre truc, aller directement à comment ai-je perdu 20kg (II).

 

   

http://le-bosse-fort.over-blog.com/article-31512066.html

 
I. Longue, très longue intro… pour me défouler !

 

A. Intro publique…

 

Les régimes ? Je suis un « pro » au niveau de leur utilisation.

Lorsque j’étais gamin et un peu rondouillard, j’étais déjà au régime…

Depuis, j’en ai fait 2 étant entendu que, lorsque je suis un régime sévère puis que je « libère » un peu (beaucoup) mon alimentation, je mets une vingtaine d’années à revenir à mon poids de départ (là, j’imagine déjà mes élèves se livrer à des calculs savants pour évaluer mon âge J… non ! L !!), voir à le dépasser largement, ce qui était le cas en août dernier.

Le « yoyo », je connais donc, mais je crois que cette fois, « on » ne m’aura pas, car il me manquait une donnée fondamentale pour comprendre pourquoi je reprenais du poids sans excès alimentaires gigantesques et persistants dans la durée..

Quelle est cette donnée ?

La « merde » (observation : j’ai mis cet article dans ma rubrique « pas politiquement correct », vous voilà averti si vous n’aviez pas vu) que l’industrie alimentaire met dans nos assiettes. On croit manger une nourriture légère et adaptée à ceux qui, par tempérament, par gênes, par je ne sais quoi, ont une tendance naturelle à faire qu’un rien leur profite. Et puis, au final, on découvre que la nourriture en question est gavée de graisses et / ou de sucres mis là par des fabricants de bouffe qui ne pensent qu’à séduire nos palais pour faire grossir leurs comptes en banque sans se soucier non seulement de nos petits bourrelets mais, plus grave, de notre santé.

Des médecins nutritionnistes et autre diététiciens, j’en ai vu légion. La médecine, une science exacte !? Allons ! Soyons sérieux, si elle l’était Docteur House L ne viendrait pas chaque semaine envahir nos écrans pour tenter de trouver un diagnostic face à des maladie souvent étonnante en travaillant comme s’il traquait un coupable, comme s’il menait une enquête policière… (J Excellente ma démonstration ! L’exemple retenu –pas le personnage même de House L-me séduit beaucoup ; vous pas ? J’entends comme des grondements injurieux à mon égards et cela me fait plutôt rigoler J)

Alors, LE régime qui serait prescrit par TOUS les spécialistes qui touchent à l’alimentation n’est pas pour demain.

C’est, sauf erreur, le weekend dernier que sur M6, deux spécialistes du régime échangeaient leurs opinions contradictoires et que, sans gêne aucune, l’un a traité l’autre de « menteur » (sic).

Voilà qui met dans l’ambiance de la science médicale en général, et de la diététique en particulier !

Lorsque j’ai décidé de me mettre au régime vers la fin du mois d’août 2008, poussé par ma fille qui venait d’observer que je m’essoufflais anormalement sur les pistes de ski (et oui ! on peut faire du ski en plein été… sur les glaciers, enfin ce qu’il en reste L), j’étais conscient de cette situation. C’est donc sans aller prendre le moindre avis médical, à l’exception de quelques infos et vérifications glanées auprès de ma généraliste, que je me suis lancé.

De toute manière, les régimes à suivre selon des représentants du corps médical, je les connais puisque j’en l’avais déjà expérimenté plusieurs, dont un avec succès. J’ai donc décidé de le reprendre et de l’adapter à ce qui me semble correspondre mon cas personnel, à mon tempérament.

 

 

Il est entendu que les lignes qui suivent procèdent d’une expérience personnelle :

ce que Jai fait, moi, le Canard, pour perdre 20kg (et plus d’ailleurs car affinité J).

Ceux qui veulent essayer suivront non mes conseils… mais, nuance fondamentale, mon expérience.

Je n’ai aucune compétence, ni aucun titre pour donner des conseils de santé, pour « prescrire » un traitement. Et, selon la formule consacrée, en aucun cas je ne pourrais être tenu responsable de

tout incident qui pourrait arriver à celui qui souhaitera m’imiter.

J’ajoute que les représentants du corps médical qui, faisant un tour sur ce blog, s’exciteraient contre tel ou tel propos ne seront pas publiés… Je ne refuse pas le dialogue : je refuse simplement de perdre mon temps en vaines querelles. J’ai mieux à faire que de tenir une rubrique sur les moyens contradictoires de maigrir.  Si cela vous tente, ouvrez vous-même un blog, mettez un lien avec ce texte et défoulez-vous tant que vous le souhaiterez sur mes propos. Maigrir ?  Merci, moi c’est fait (et ce n’est pas fini) et, une fois encore, je livre une expérience (pas très originale d’ailleurs me semble-t-il), la mienne, parce que la question m’a été plusieurs fois posée par des « fidèles »  de ce blog lequel est presque privé (et qui le serait probablement si je savais comment ne l’autoriser qu’à des « invités »… il est vrai que j’ai parfois des visiteurs inconnus plutôt sympas et que je regretterais de ne pas avoir été en contact avec eux).  

La question qui m’est posée est, bien évidemment, qu’as-tu / qu’avez-vous fait pour maigrir ?

Dans les lignes qui suivent, « je raconte ma vie », je donne des recettes de cuisine que j’utilise.

Si vous voulez m’imitez, libre à vous, mais c’est vous, et vous seul, qui en prenez la responsabilité.

Je reviens sur cette question de responsabilité car je me méfie ! Il y a comme une dérive, genre tsunami, depuis que les tribunaux ont condamné un fabricant de four micro-ondes face à une plaignante qui, pour le faire sécher, avait collé son chat ou son chien, je ne sais plus, dans ledit four et avait été en larmes en ressortant un rôti mal braisé J, puis qui s’est retourné contre le fabricant au motif que rien n’était indiqué dans le mode d’emploi ! Personnellement, j’aurais rendu un jugement du genre attendu que la connerie humaine est incommensurable, ce dont Madame X témoigne en abondance ; attendu que si un four cuit, un four micro-ondes ne peut que cuir également ; attendu que Madame X a eu un comportement non-conforme à celui d’une materfamilias en tassant son pauvre animal dans un four minuscule ; attendu qu’en prime elle l’a fait tourner comme sur un manège, par ces motifs, le tribunal déboute la plaignante, la condamne à X Fr/€ à verser à la SPA pour mauvais traitement à animaux et félicite le fabricant de ne pas avoir indiqué sur son mode d’emploi que son four ne pouvait être utilisé pour faire sécher des animaux

 car ce serait véritablement prendre ses clients pour de sombres crétins ! 

 

N.B. Il est bien évident que si un praticien du Noble Art me signalait que je diffuse une pratique dangereuse pour la santé (je ne vois pas très bien laquelle, mais on ne sait jamais),

je modifierai mon texte en conséquence.

 

 

 

 

  B. Intro plus particulièrement destinée à mes habitués.

Oui ! J’ai maigri et je suis étonné que vous ne le constatiez qu’aujourd’hui !... Peut-être est-ce dû au retour du soleil et de la chaleur qui conduit à quitter les manteaux, les blousons épais et autres parkas pour se vêtir plus légèrement. Sans doute, ma taille de guêpe J se voit-elle ainsi plus facilement.

Comment ai-je fait ?

Avant tout, il me paraît utile de préciser que j’accepte de répondre car vous m’avez fait rire avec vos questions et hypothèses sur les moyens utilisés mais, également, parce que je n’ai pas observé le moindre cas d’anorexie parmi vous. Mesdemoiselles (j’ôte ces Messieurs de ces propos, car ils ne sont que très exceptionnellement concernés et, en tout cas, ceux de mes élèves que je côtoie me semblent plutôt être des buveurs de « mousses » et des engloutisseurs de choucroutes et autres couscous), si vous avez des camarades anorexiques, deux cas se présentent. Ou bien elles sont sous le coup de problèmes psychologiques, et il faut les pousser autant que faire se peut à consulter un médecin, sinon directement un psychologue (voire un psychiatre), ou bien leur refus de se nourrir provient du fait qu’elles veulent être « belles »… pour mieux séduire la gente masculine et là, je vous incite à leur faire comprendre qu’elles font fausse route au niveau de leurs critères en matière d’esthétique. Car les hommes, eux, chantent en chœur derrière Tonton Georges « ça ne me concerne pas d’étreindre des squelettes » et qu’il n’est guère passionnant d’avoir une femme sur les genoux « pour lui compter les côtes » !!!

 

« [… Thème de la chanson : Brassens échange l’épouse d’un plus ivrogne

que lui contre 100 sous, puis passe aux actes avec la Dame…]

 

… Quand je l’eus mise au lit, quand je voulus l’étrenner,

Quand j’fis voler sa jupe,

Il m’apparut alors qu’j’avais été berné

Dans un marché de dupe.

 

Remball’ tes os, ma mie, et garde tes appas,

Tu es bien trop maigrelette,

Je suis un bon vivant, ça ne me concerne pas

D’étreindre des squelettes » […]*

 

 

Mais quels sont les sombres crétins qui ont lancé cette mode persistante de mannequins aux formes aussi agréables qu’une planche à repasser ? Oui ! Bien sûr il y a des limites… car il faut sans doute des goûts non-standards pour apprécier les formes de certaines femmes peintes par Rubens (pour les nuls, voir par ex. les Néréides du Débarquement de Marie de Médicis à Marseille  http://nefred.over-blog.com/article-5999141.html) ou par Renoir (je pense en particulier aux Baigneuses exposé au Musée d’Orsay http://www.musee-orsay.fr/index.php?id=851&L=0&tx_commentaire_pi1%5BshowUid%5D=383&no_cache=1) !

Et ce blog qui est très « OTHien », ou « Frèrescottien » pour ceux qui redoutent les barbarismes lorsqu’ils sombrent dans l’anglicisme (chauvins J !), ne manquera pas de renvoyer aux propos que tient la très légèrement rondouillarde Brooke, styliste de fiction, dans l’épisode 01 de la saison 5 des Frères Scott (mn. 2.35 et suivantes) : « ce n’est pas un choix esthétique l’anorexie, c’est une grave maladie », lance-t-elle agacée à ses collaborateurs qui travaillent sur une photo de mode. Le mannequin est filiforme et Brooke exige qu’elle prenne 5kg au moins si elle veut travailler pour elle. Bien jeté ! Depuis le temps que je vous répète que OTH est empli de valeurs, de « mythes » en tout genre dignes d’intérêt… J

 

Cela me rappelle qu’un jour, j’ai battu mon record : 5 filles allongées dans les couloirs. Mais non je ne leur avais pas lancé d'horreurs en cours. Nous étions sur le coup des 10h (A.M., of course !), ces demoiselles, comme d’ "hab", n’avaient rien mangé le matin et étaient en hypoglycémie… Benjamin, toi qui m’as aidé à évacuer ces Miss et à appeler des secours, te souviens-tu ? C’est ce jour que nous avons lancé un projet de loi selon lequel toute fille arrivant au travail devra être pesée, et si son poids ne correspond pas à ce qu’il devrait être selon le rapport taille / poids, ce serait choucroute, cassoulet ou couscous obligatoire !

Sans qu’il soit question d’anorexie à ce niveau, le matin, les filles, il faut manger… et si vous ne le faites pas, sur le coup de 10h, grignotez quelques biscuits (il y en a qui sont très diététiques, mais j’ai pour habitude de ne pas faire de pub gratuite J). Bien des collègues sont comme moi : à condition que vous ne nous fassiez pas de bruyants « scrunch-scrunch » en travaillant des mandibules, qu’est-ce que cela peut nous faire que vous grignotiez en cours tout en prenant vos notes ?! Mieux ! Personnellement, cela me fera sourire si, voulant répondre à une question ou, souhaitant en poser une, je dois attendre que vous ayez dégluti ?... Un sourire, un mot d’excuse gentil, le temps que vos joues perdent leurs similitudes avec celles d’un hamster, et exprimez-vous. Où est le problème ?

 

Après cette introduction défoulatoire, revenons à notre sujet : comment ai-je fait pour maigrir… et j’en profite pour faire « péter mon score »... pour perdre 2O kg entre fin août 2008 et février 2009 ?... Et depuis février ?... je continue à descendre dou-oucement… J

Comme je commence à fatiguer de répéter mon régime, à indiquer des recettes dans les couloirs ou à la cafétéria (nonobstant la salle des profs J… devinez lesquel(le)s de mes collègues souhaitent maigrir ? NON ! Je ne donnerai aucun nom !!!), il m’a paru plus simple de mettre un post sur ce blog.

Suite dans « Comment ai-je perdu 20kg II » ci-après

 

* George Brassens, La fille à cent sous, Disque 6 (1960 – 1962). Je viens de chercher un lien sur Youtube et j’ai fait une curieuse constatation. La chanson originale de Brassens n’y est pas. Par contre, il y a plusieurs « cover »… allons-y pour adaptations, faites par des amateurs (dont certaines sont assez hard pour les oreilles !!!) enregistrées par des gens jeunes. Bien que, généralement on ne voit pas les visages, leur jeune âge est évident en observant les tenues vestimentaires et en entendant les voix de ces artistes en herbe.

 N’est-ce pas là la preuve que les goûts masculins évoqués par Brassens concernent toujours une grande majorité d’hommes… y compris de vos âges ?! Allez voir vous-mêmes… et faites suivre à vos anorexiques de copines !

http://www.youtube.com/results?search_type=&search_query=brassens+la+fille+a+cent+sous&aq=f



Suite dans « Comment ai-je perdu 20kg II » ci-après

http://le-bosse-fort.over-blog.com/article-31512066.html

 

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires