Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le Défouloir d'un prof
  • : Voir : http://le-bosse-fort.over-blog.com/2014/09/presentation-du-blog-du-canard-mise-a-jour.html
  • Contact

Pensée...


"Mort aux vaches,
vive l'anarchie"
(G. Brassens)

Recherche

Liens

20 mai 2009 3 20 /05 /mai /2009 13:10
21 mai.
Quelques modifications et précisions à la suite des courriels contestataires  ou approbateurs  des plus acharnées de la série.

 

   Sawyer-Brooke Scott !

 

Bébé Leyton est une fille, non un garçon J !
...
Ce qui prouve, si besoin était, que les spoilers peuvent se planter en beauté.

En tout cas, Mark Schawhn me comble… et me frustre puisque nous ne verrons jamais les rapports que, si la série s'était poursuivie avec Lucas et, éventuellement, Peyton (pour ceux qui ne suivent pas, j'avais envisagé la mort de Peyton http://le-bosse-fort.over-blog.com/article-31103695.html -> L -> oui, d'accord, mais c'était une issue pour la cohérence d'une possible suite du récit),  j’imaginais complices entre le père et sa fille, et inversement bien sûr, rapports pour lesquels j’étais partant pour l’écriture de scénarios ou de « soufflage » d’idées J http://le-bosse-fort.over-blog.com/article-31103695.html

Dommage… à moins que !? Sait-on jamais…

Bel épisode ? Oui… (à prononcer d’une voix empreinte d'une pointe de scepticisme, de réserve).

J’ai lu, ici ou là, les critiques enthousiastes dont vous m’avez passé les liens. Personnellement, je verrai plutôt dans cet épisode un bon standard de la série qui, comme plusieurs l’ont déjà noté sur leur blog, fait plus penser à la fin d’une série qu’à la fin d’une saison puisque tout baigne pour les « survivants » du cast… sauf pour l’éternel « méchant » de l’histoire, Dan ; quoi que…

En effet, Peyton connaît bien l’accouchement difficile qui était prévu avec 4 jours (sauf erreur) de coma, mais qui se remet sans difficulté. Puis, au fil des images, les époux et parents Leyton laissent transparaître leur bonheur ; leur joie.
Belles images type 'carte-postale-je-suis-heureux' de Lucas et de Peyton, de Lucas et de sa fille, de Leyton et de leur fille.
Jolies scènes assez faciles, mais propres et bien filmées, d’une Peyton resplendissante, rayonnante d’être une femme comblée tant par son mariage que par sa maternité : « people don’t always leave » en fin de compte 
J.
La référence au "mythe" selon lequel l’amour peut tout vaincre est évidente...
Plusieurs belles photos de famille et jolis « bizouxs ».

Apparition de Karen avec un script plutôt effacé ; c’est « gentillet ».

Dommage ; Mark Schwahn aurait pu aller beaucoup plus loin que les quelques propos sans guère d’originalité (remerciements en tout genre à l'égard de Karen) qu’elle échange avec Peyton ou Lucas.

Je suis resté sur ma faim des larmes qu’il aurait été possible de faire couler dans les yeux des téléspectateurs (… et plus encore des téléspectatrices J).

 

Brooke, elle, se réconcilie avec Victoria qui fait le choix d’être mère avant d’être femme d’affaire (il était temps !), et va jusqu’à donner 100% des parts de C.O.B. à sa fille… Est-ce une feinte ? Il demeure que « bitch » comme elle l’a été depuis le début, je trouve que son revirement sonne un peu faux… même s’il a été annoncé par sa découverte de la maternité (… ou de la "grand-maternité" J) lorsqu’elle s’est s’occupée de Sam, et même si le dialogue Victoria/Brooke est finalement assez bien ficelé. 

Concernant Sam, Brooke organise et banalise ses rapports avec elle. Sam vit donc désormais chez sa mère biologique, mais elles resteront en contact par courrier et téléphone ; "es-tu heureuse, lui demande Brooke ?". Tout laisse penser qu’elles continueront à se voir. Et qui sait si, dans les motifs qui ont poussé Sam à quitter Brooke, il n’y aurait pas eu pas la volonté de ne pas être une entrave entre sa pseudo-mère adoptive… et Julian.

En tout cas, sur les conseils de Victoria (hé oui ! Tout arrive !!...), Brooke se décide à rejoindre Julian et à lui ouvrir son cœur ce qui, bien sûr, ne l’empêche pas de manifester son amitié profonde à Peyton et d’être ravie que la petite fille ait Brooke en deuxième prénom.

Chez Naley, tout baigne également : Nathan est enfin en NBA (…pour les nuls dans mon genre = National Basketball Association ; oui, certes !... J'avais compris de quoi il s'agissait, mais je n’avais jamais pris le temps de m’informer avec plus de rigeur, la honte  soit sur trois générations de Canard ).

Haley est heureuse et Jamy fier de son père.

Les rêves deviennent réalité ici encore.
Une fausse note ? Dans l'épisode précédent, Nathan avait fini par douter de lui car il n'avait pas été sélectionné. Mark Schwahn lance le bouchon plus loin et montre un Nathan sur le point de sombrer une nouvelle fois dans l'alcool (début de la saison 5). Avant qu'il n'apprenne sa nomination, il zone dans la nuit au Rivercourt, une fiole de whisky (à en juger par la couleur) en main... pendant que Haley se réveille et se demande où peut bien être son mari. Personnellement, je trouve cette scène facile, sans intérêt et inutile. Pire, elle fait tache et casse un instant le rythme du récit.
 

Milly revient vivre à Tree Hill auprès de Micro. Ils vont pouvoir reconstruire leur couple. Micro, à la suite du passage de Milly dans la station TV où il travaille, ne peut s'empêcher de s'écrier : "mon Dieu que j'aime ma vie !". 

Mia, qui reçoit les premières éditions de son nouveau CD, file également le parfait amour avec Chase.

Reste « le méchant » de la série… Mais le retour de Dan dans le casting le montre en pleine transformation, car en pleine rémission. Il demande pardon à tous ceux qu’il rencontre ou va voir. Tel est le cas de Whitey, l’ex-coach du lycée de Tree Hill, qui lui affirme, avec compassion, qu'il est peut-être toujours en vie pour forger sa rédemption.
Moment hard pour Dan : il croise Lucas et Karen qui s’écartent pour le laisser passer et ne lui adressent pas la moindre parole. Mais, compensation et manifestation de la « Peyton au grand cœur » : alors qu’elle est seule, elle accepte de lui laisser prendre quelques instants Sawyer-Brooke dans ses bras. L’enfant ne connaît pas son passé ; valeur de renaissance spirituelle, de "régénérescence", par le biais de l’innocence de sa petite-fille. Très beau regard de Peyton sur son beau-père : un mélange d'incompréhension, d'étonnement avec une pointe d'amour sinon de compassion face à la détresse de ce "pauvre méchant" (je suis certain que l'acteur est homme charmant !). C'est en tout cas ainsi que je l'ai ressenti.

 

Je crois n’avoir oublié personne…


… Et Skills ? Il est vaguement question de lui, mais il n’apparaît pas dans l’épisode (pas plus que "l'ersatz de Peyton" http://le-bosse-fort.over-blog.com/article-31103695.html... La pauvre ; elle ne m'a rien fait ! J'ai honte )

… Ici encore une difficulté pour la saison 7 !
Sans Skills, qui va faire le pitre ? Qui va être celui qui lance les vannes ? Qui va être le clown de service ? Brooke va-t-elle reprendre le flambeau qu’elle tenait lorsqu’elle était lycéenne et reconduire ses plaisanteries et boutades en tout genre ? J’en doute. Elle a clairement dit plusieurs fois dans les saisons 5 et 6 qu’elle n’était plus la fille rigolote et insouciante qu’elle avait été (dommage d'ailleurs, elle était amusante).


Bref, à la fin du 6x24, les personnages sont en place pour que le spectateur puisse laisser libre cours à son imagination afin d’ « écrire » la suite ; « SA » suite, ce qui est l’une des caractéristiques bien classiques d’une fin littéraire (ou cinématographique), et nous avons même droit à une sorte de « photo de famille » dans la chambre de la clinique où Peyton se remet.

 

Et bien sûr, les scènes finales… très bon enfant.

Lucas au volant de la fameuse « Comet » flambant neuve (du moins en apparence de cinéma J), s’éloigne avec Madame Peyton Scott à ses côtés, baby Leyton installé sur son siège de bébé monté à contre-sens de la circulation, ce qui permet de rappeler les règles de sécurité automobile et de filmer les jolis sourires d’un enfant qui, soit dit en passant, a très-très-très vite grandi.

La même « Comet » qui avait provoqué la rencontre entre Lucas et Peyton, la rupture avec Lindsey lorsque le cœur de Lucas s’était fourvoyé, emmène la petite famille vers la suite de son destin… avec rappel du chemin parcouru grâce à un plan en enfilade :

·        Rivercourt, évocation de l’enfance, de l’adolescence de Lucas et du lieu où Peyton, passant outre le qu’en dira-t-on et les conventions, est venue, conformément au conseil de Haley, hurler à Lucas qu’elle l’aimerait toujours en l’écrivant sur le sol (fin de la saison 5) ;

·        les quais et l’eau qui coule dans le chenal, possible symbole du temps écoulé, c’est-à-dire évocation de l’ensemble des joies et des peines traversées par le couple ;

·        et tout là-bas, au point de fuite de la perspective, la « Comet » qui entraîne les Leyton vers l’univers de leur futur que chacun imaginera comme il lui plaît.

Et la voix off de Lucas qui conclut sur un thème récurrent de OTH "... et croyez en vos rêves chaque jour, car ils se réalisent"...

... Possible que Mark Schawhn ait écrit le scénario du 6x24 alors qu’il ne savait pas trop s’il y aurait ou non une saison 7.


Bon épisode, oui, mais puis-je me permettre de jouer au prof toujours insatisfait* et d’écrire en travers de la copie « correct, bien même, mais aurait pu encore mieux faire : l’ensemble est un peu trop simpliste » J… Franchement, n'est-ce pas parfois un peu lourd, car donnant dans la facilité de lieux communs, de thèmes, de scènes éculés ? 

 

Un gag à noter :
la dimension impressionnante du ventre de Peyton juste avant son accouchement : ce n’est pas un bébé humain qu’elle porte, la pauvre, mais un Diploducus géant 
J !!!

Décidément, les accessoiristes de OTH ont un problème avec les postiches des femmes enceintes !      
Après le coussin de Haley (
http://le-bosse-fort.over-blog.com/article-29726997.html, avec illustration), le ventre de Peyton en forme de ballon trop gonflé mérite également un détour pour une visite de curiosité J… ->-->-->-->--> 


                                                                                 

                


--> … Histoire de sourire un peu, pour oublier

que, bien que la situation puisse largement se justifier sur le plan du récit,
 c’était le dernier épisode Leyton… 
L


 

* Le premier qui commente que je n’ai pas à le « jouer », car je le suis se ramasse une observation sur sa prochaine copie qu’il pourra faire encadrer et mettre en décoration de son séjour !


 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Cyrielle 21/05/2009 10:05

alalalala yen a qui ne s'en lasse vraiment pas!! et on a beau dire je suis sure que vous etes vous meme devenu accro!!!

Cyrielle 20/05/2009 16:13

aaaaaa je l'attendais cet artcile et je le savoure!! merci