Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le Défouloir d'un prof
  • : Voir : http://le-bosse-fort.over-blog.com/2014/09/presentation-du-blog-du-canard-mise-a-jour.html
  • Contact

Pensée...


"Mort aux vaches,
vive l'anarchie"
(G. Brassens)

Recherche

Liens

3 février 2013 7 03 /02 /février /2013 09:17

Quel est le témoignage le plus perturbant, le plus poignant sur les conditions de vie dans les camps nazis ?

Une fois encore, il me semble bon de rappeler que je ne suis pas un spécialiste des camps de concentration et d’extermination et que je n’ai pas tout lu, tout entendu et/ou vu (je fais allusion aux reportages).

Dans ce que je connais, l’une des publications qui m’a le plus marquée est sans doute le recueil de dessins anonymes (seule indication : les dessins portent souvent la mention ‘MM’, s’agit-il bien des initiales de l’auteur ?) qui a été retrouvé par hasard en 1947 par un ex-détenu devenu gardien du site  non dans les cendres de victimes de l’Holocauste, comme les manuscrits des Sonderkommandos, mais dans la terre de Birkenau, lors de la réalisation des fondations du Mémorial. Il a été publié pour la première fois en 2011 sous le titre  The Sketchbook from Auschwitz par le Musée d’Auschwitz et je pense que ce dernier ne me tiendra pas rigueur de présenter ci-dessous les pages de couverture de ce document (ses intérêts historiques sont soulignés au verso).

P4061040c-NET.jpg

     P4061040d NET

Je ne n’ai jamais vu cette publication en libraire mais elle est disponible à celle du Musée : http://en.auschwitz.org/m/index.php?keyword=the+sketchbook+from+auschwitz&Itemid=57&option=com_virtuemart&page=shop.browse&Search=Search+in+our+online+bookshop&vmcchk=1&Itemid=57

The Sketchbook from Auschwitz contient la reproduction de 22 feuillets d’un bloc-notes à spirale de 20.8 x 13.5 cm supportant des dessins, ceux-ci ayant été réalisés à raison de 1 ou 2 par page dans un style naïf et parfois (souvent) maladroit*, ce qui les rend d’autant plus touchants.  Ils décrivent bien sûr ce qui a marqué leur auteur dans sa vie quotidienne à Birkenau en une période dont discutent les spécialistes mais qui, en tout état de cause, se situe vers 1943 et donc avant la mise en place de la Bahnrampe (http://le-bosse-fort.over-blog.com/article-auschwitz-lieux-d-arrivee-des-deportes-79062448.html ) en mai 1944 ; s’il en était autrement, il n’y aurait pas de représentations de la Judenrampe parmi ces dessins, représentations dont les principaux éléments ont été placés in situ sur un panneau d’informations par le Musée d’Auschwitz sur lequel je les ai photographiés  (page http://le-bosse-fort.over-blog.com/article-la-judenrampe-lieu-d-arrivee-des-deportes-a-birkenau-2-114993059.html, illustrations 5 et 6) et qui sont partiellement repris sur la page de couverture de The Sketchbook from Auschwitz (voir ci-dessus).

Certaines images sont à la limite du supportable ;  l’image, même lorsqu’elle reste pudique, est sans doute plus évocatrice que les récits écrits.

Le dernier dessin n’est pas achevé. Comme le conclut Jadwiga Pinkerska-Lech dans ses commentaires de The Sketchbook from Auschwitz (p. 111), il est probable que l’auteur a été transféré dans un autre camp ou qu’il a été tué à Auschwitz.

« M.M. » eut-il le temps d’enterrer lui-même ses dessins placés dans une bouteille ; est-ce un camarade qui le fit pour lui ?

... La question reste bien évidemment sans réponse.

 

*Cette maladresse n’est qu’une simple constatation, non bien sûr une critique négative d’autant qu’elle peut en partie s’expliquer par le manque de matériel : le dessinateur avait-il seulement une gomme !?... Mieux : par quel système s’ « organisa »-t-il, pour reprendre le terme familier des détenus afin  de désigner les combines en tout genre auxquelles ils eurent recours pour survivre,  pour disposer de papier, de crayons à papier et même de couleur rouge et bleu (voir par ex. les dessins des pages 6, 12, 20). N’oublions pas non plus les conditions dans lesquelles l’auteur dut travailler : vraisemblablement la nuit dans l’espace ce qui lui servait de lit, à la lumière de… ?? la lune ??...  et avec la peur au ventre compte tenu de ce qu’il risquait s’il était surpris en train de réaliser ces dessins.

Partager cet article

Repost 0

commentaires