Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le Défouloir d'un prof
  • : Voir : http://le-bosse-fort.over-blog.com/2014/09/presentation-du-blog-du-canard-mise-a-jour.html
  • Contact

Pensée...


"Mort aux vaches,
vive l'anarchie"
(G. Brassens)

Recherche

Liens

20 octobre 2012 6 20 /10 /octobre /2012 09:21

Cette page fait en partie suite à :

http://le-bosse-fort.over-blog.com/article-genocide-armenien-genocides-connus-et-me-in-connus-94168425.html

http://le-bosse-fort.over-blog.com/article-legislation-et-genocide-armenien---ii-94509883.html

 

 

Le communiqué de la Présidence de la République française du 17 octobre 2012 http://www.elysee.fr/president/les-actualites/communiques-de-presse/2012/communique-17-octobre-1961.14120.htmls’inscrit dans un cycle de grand mea culpa de la France à l’égard de quelques-unes des heures sinistres de son passé récent ; encore un effort car le sujet n’est pas épuisé.

C’est bien, mais il me semblerait opportun que tous les Etats du monde procèdent à la même contrition car tous ont des moments pour le moins peu glorieux, voire, osons le mot, des saloperies en tout genre, à se reprocher.

Oh ! Je ne cherche pas d’excuses à mon pays ; ce qui me gêne est que la France, paraît-il Pays des Droits de l’homme,  se ridiculise… encore un peu plus. J’entends par là que nous, les humains, parait-il homo sapiens, sommes également de fichus homo crétinus et dégeulassinus et que si la France entend le reconnaitre, il paraîtrait opportun que cette évidence soit largement suivie et figure dans le Préambule de la Charte de l’ONU ; cela aurait le mérite d’être clair et de remettre l’humanité à sa juste place dans le grand Tout de l’Univers.

Bref, différents médias ont entrepris d’inventorier des faits récents dont nous, Français, n’avons pas à être très fiers, et c’est justement dans ce type de bilans qu’une phrase a attiré mon attention :

En 1995, Jacques Chirac reconnaissait la responsabilité de la France dans le génocide juif, et les commentateurs de poursuivre :

« Son prédécesseur, François Mitterrand, s'était toujours refusé à reconnaître la responsabilité de la France au motif que le régime de Vichy ne saurait être confondu avec la République. "En 1940, il y eut un Etat français, c'était le régime de Vichy, ce n'était pas la République. Et c'est à cet Etat français qu'on doit demander des comptes. Ne demandez pas de comptes à cette République, elle a fait ce qu'elle devait !", répondait-il à la presse en 1992, quand le Comité Vél d'Hiv 42 enjoignait au chef de l'Etat de reconnaître les torts de la France. »

http://www.lemonde.fr/politique/article/2012/10/18/vel-d-hiv-setif-essais-nucleaires-les-repentances-de-l-etat_1777800_823448.html#xtor=AL-32280397)

J’aimerais ici témoigner que c’est très exactement là l’argumentation classique que j’ai entendu des dizaines de fois en Turquie de la part d’intellectuels (que je n’aime pas ce mot !), voire de collaborateurs du Gouvernement, à l’égard du génocide arménien de 1915 et 1916.

Ce n’est pas la Turquie d’aujourd’hui, c’est-à-dire la Turquie Républicaine qui est responsable de ces horreurs mais l’Empire Ottoman alors empêtré dans la Première Guerre mondiale avec les Empires centraux et dirigé par le Gouvernement des ‘’Jeunes-Turcs’’, Comité d’Union et de Progrès. S’il y a des comptes à demander, c’est à eux qu’il convient de s’adresser.

Si ce type de raisonnement a été admis de la part de François Mitterrand, j’aimerais savoir en vertu de quoi il serait refusé à la Turquie de Sn. Recep Tayyip Erdogan et des ses prédécesseurs à Ankara ?          

Par curiosité, j’aimerais également savoir quel aurait été la réaction de la France si, avant le 17 octobre 2012, les autorités turques avaient décidé de dresser des monuments aux victimes algériennes de la répression sanglante orchestrée par Maurice Papon avec, semble-t-il (comment pourrait-il en être autrement ?), l’assentiment du Général de Gaulle*, contre la manifestation du 17 octobre 1961… Ou si, encore, le gouvernement turc décidait de dresser des monuments aux Harkis dont la situation fut sous certains aspects assez proche de celle des Arméniens après que les Russes soient sortis de la Première Guerre mondiale ?

Mesdames, Mesdemoiselles et Messieurs les Politiques, vous me fatiguez avec vos déclarations tonitruantes le plus souvent guidées par des impératifs non historiques, mais politiques ; bref : vos manipulations.

Nicolas Sarkozy me paraît avoir lancé l’incrimination de la négation du génocide arménien pour de sordides raisons électoralistes… Récupérer les voix de la diaspora arménienne française…

… François Hollande reconnaît certaines des exactions du gouvernement français à l’égard du FLN comme par hasard alors que, depuis  le mois d’août, se multiplient les relations du gouvernement J.M. Ayrault avec Alger et que, début décembre, François Hollande soi-même doit s’y rendre…

Je doute d’ailleurs que la déclaration du 17 octobre dernier suffise à effacer comme par magie le passé colonialiste et, pire encore, l’horreur de ce que l’on peut enfin nommer sans ambigüité la guerre d’Algérie. Les Algériens ont souffert, certes… mais chacun d’entre nous a eu l’occasion d’entendre les témoignages de Harkis ou de ceux que l’on nommait les pieds-noirs.

Que d’horreurs !

Et si les politiques laissaient les historiens faire leur travail… Le drame algérien, tant côté natifs de différentes souches que côté colons a été un cauchemar. Les plaies sont probablement encore trop vives pour être abordées avec le plus de sérénité possible pour tenter de comprendre. Laissons donc le temps au temps.

Il est vrai que les temps sont proches où l’histoire sera purement et simplement rayée des programmes scolaires ou que, ce qui en restera, dénotera une orientation politique bien affirmée, bien oreientée.

Pas de politique à l’école, répète-t-on aux enseignants.

Un enseignant peut-il se permettre de rappeler que l’école est née des besoins politiques de la IIIème  république et qu’en 2012, lorsque l’on feuillette certain manuels scolaires, on ne peut qu’être stupéfait de l’implication politique qu’ils sous-entendent à moins que l’on préfère tout simplement être ‘PTR XXXXXL’, comme disent les élèves inconscients des manipulations dont ils sont l’objet.

Amis Arméniens, désolé peut-être de vous décevoir. J’avais écrit quelques pages qui m’ont valu certains commentaires réprobateurs d’amis turcs. Les récentes déclarations de notre Président m’ont simplement donné l’occasion de préciser ma pensée.

… Il n’est pas toujours facile d’avoir des amis turcs et arméniens, pas plus qu'il n'est aisé de composer avec les différentes origines culturelles de la Nation français d'aujourd'hui.  

 

* v. par ex. http://www.agoravox.fr/actualites/politique/article/17-octobre-1961-51-ans-de-memoire-124470; http://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/de-gaulle-amnesie-et-complaisance-80361etc.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

LOUANCHI 28/12/2012 19:12

HARKIS LES CAMPS DE LA HONTE :
lien vers http://www.dailymotion.com/video/xl0lyn_hocine-le-combat-d-une-vie_news
En 1975, quatre hommes cagoulés et armés pénètrent dans la mairie de Saint Laurent des arbres, dans le département du Gard. Sous la menace de tout faire sauter à la dynamite, ils obtiennent après
24 heures de négociations la dissolution du camp de harkis proche du village. A l'époque, depuis 13 ans, ce camp de Saint Maurice l'Ardoise, ceinturé de barbelés et de miradors, accueillait 1200
harkis et leurs familles. Une discipline militaire, des conditions hygiéniques minimales, violence et répression, 40 malades mentaux qui errent désoeuvrés et l' isolement total de la société
française. Sur les
quatre membres du commando anonyme des cagoulés, un seul aujourd'hui se décide à parler.

35 ans après Hocine raconte comment il a risqué sa vie pour faire raser le camp de la honte. Nous sommes retournés avec lui sur les lieux, ce 14 juillet 2011. Anne Gromaire, Jean-Claude
Honnorat.


Sur radio-alpes.net - Audio -France-Algérie : Le combat de ma vie (2012-03-26 17:55:13) - Ecoutez: Hocine Louanchi joint au téléphone...émotions et voile de censure levé ! Les Accords d'Evian
n'effacent pas le passé, mais l'avenir pourra apaiser les blessures. (H.Louanchi) Interview du 26 mars 2012 sur radio-alpes.net

Mr Canard 29/12/2012 13:36



Merci de cette précision sur les Harkis.


On a parfois le sentiment que les génocides arméniens puis les camps de concentration / extermination nazis -pour ne puiser que dans l'histoire récente- n'ont pas suffi à faire
comprendre les horreurs dont l'homme est capable quelle que soit son origine culturelle.


C'est lamentable et c'est bien volontiers que je publie votre commentaire.