Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le Défouloir d'un prof
  • : Voir : http://le-bosse-fort.over-blog.com/2014/09/presentation-du-blog-du-canard-mise-a-jour.html
  • Contact

Pensée...


"Mort aux vaches,
vive l'anarchie"
(G. Brassens)

Recherche

Liens

13 août 2013 2 13 /08 /août /2013 10:09

 Le présent post comportera 5 parties : 1/5 -> 5/5.

Voici la première.

 

Avant de lire vous devriez peut-être attendre que je passe 'faire le ménage' ;

ces textes sont en travaux

 

14 août vers 13h : en principe, le ménage est fait. Bonne lecture. 

 

 Pour éviter de vous perdre, voici un plan de présentation du compte-rendu de mes essais

 

Pas évident de couper un texte non pas en fonction de la logique de présentation, mais pour répondre aux capacités de mémorisation des pages d’Overblog. Oui, j'aurais pu tenter de concilier logique et capacité des pages, mais j'arrivais à 8 parties ; j'ai prèféré n'en faire que 5. 

J’espère que ce plan permettra à chacun de s’y retrouver (je viens de m’y perdre moi-même en tentant d'y mettre de l’ordre J)

Les mentions 1/5 à 5/5 renvoient bien évidemment aux 5 parties que j’ai dû réaliser.

 

I. Le faire ou ne pas le faire soi-même ? 1/5

http://le-bosse-fort.over-blog.com/article-numeriser-des-diapositives-1-119520237.html

 

1.      Pourquoi veux-je numériser ?

2.      Pour qui entends-je le faire ?

3.      Vais-je numériser moi-même ou vais-confier le travail à un laboratoire ?

 

II. Le faire soi-même.

 

IIa : la voie du DIY (do-it-yourself) ou, en bon françois, du ‘démerdeziziche’ !

II.a.1. Projection.

II.a.2. Transparence : duplicateur de diapositives (slide copier) ou ‘table lumineuse’ ? 2/5 http://le-bosse-fort.over-blog.com/article-numeriser-des-diapositives-2-119520305.html  

II.a.2.α : duplicateur de diapositives

II.a.2.β : table lumineuse 3/5 http://le-bosse-fort.over-blog.com/article-numeriser-des-diapositives-3-119521446.html

 

IIb : Scanners et logiciels dédiés à la digitalisation 4/5 http://le-bosse-fort.over-blog.com/article-numeriser-des-diapositives-4-119521732.html

II.b-1 : Choisir un scanner.

II.b-2 : Choisir son / ses logiciel(s). 5/5 -> http://le-bosse-fort.over-blog.com/article-numeriser-des-diapositives-5-et-dernier-119521819.html

II.B-2.α : Pour scanner : SilverFast versus… les autres (VueScan et CyberView)

II.B-2.β : Logiciels complémentaires

 

Conclusion d'analyses qui n'engagent que le Canard

 

Ajout du 28 août 2013

 

Comme il y a des rigolos qui me posent des questions pertinento-stupides J, je mets en annexe de ces 6 parties une foire aux questions.

 

Dans les 6 parties de ‘Numériser des diapositives’, je joins un astérisque * pour signaler dans le texte qu’il y a un complément d’informations dans : ‘Numériser des diapositives : foire aux questions’ http://le-bosse-fort.over-blog.com/article-numeriser-des-diapositives-foire-aux-questions-119745418.html   et   http://le-bosse-fort.over-blog.com/article-numeriser-des-diapositives-foire-aux-questions-ii-120474005.html  

   


 

Comme j’ai maintes fois laissé des sous-entendus sur la question dans ce blog, et que certains de mes vénérables ex-élèves (J oh oui, vous me manquez… !! Je suis en manque de nos blagues) avec lesquels j’ai de surcroît plusieurs fois abordé le problème m’ont fait promettre de leur présenter un rapport précis lorsque j’aurais trouvé LA solution, je passe aux actes… Non pas que j’ai LA solution, mais qu’après en avoir essayée plusieurs, je peux faire circuler mon expérience et proposer celle qui me semble être la meilleure… ou la moins pire. Je profite en effet du désert qu’est votre Fac (ce n’est plus la mienne) au mois d’août pour squatter un amphi, avec bien sûr toute autorisation nécessaire. Sur les vastes écrans qui se trouvent derrière la chaire du prof, je projette deux images de dimensions identiques. L’une a pour origine une diapositive placée dans un projecteur, l’autre, mais c’est  la même image que celle de la dia,  scannée au format ‘TIFF’, qui passe par un PC et un vidéoprojecteur de bonne qualité. En les examinant, j’avoue que je suis pris d’une crise de scepticisme certain…

Je change d’image… Oui, bof de Beaufe… L

Non ! Ce n’est pas pourri, loin de là ; mais je m’attendais à mieux.

 

Allez ! C’est parti pour mes aventures et mésaventures de numériseur en herbe.

Numériser des diapositives est une gravissime décision J, et si cette décision est j’y go (ou gigot, comme vous le sentez selon votre appétit du moment… pauvre agneau L), il va y avoir de grands, de très grands moments de solitude, d’incompréhension, et même de désespoir si vous manquez d’humour.

Avant (… ou après… ou pendant…) de vous lancer dans mes explications, un coup d’œil sur http://archivehistory.jeksite.com/index.htm peut-être opportun.

 

I. Le faire ou ne pas le faire soi-même ?

Avant de se lancer dans la numérisation de dias, il n’est peut-être pas inutile de rappeler que se posent plusieurs questions préliminaires qui sont bougrement fondamentales :

1.      Pourquoi veux-je numériser ?

2.      Pour qui entends-je le faire ?

Si à la question ‘pourquoi’, vous répondez par souci de conservation, de longévité car la couleur des dias s’altère avec le temps,  je vous engage à zoner sur la Toile et, si besoin est, à vérifier auprès d’un informaticien compétent.

Si je me base sur les informations que j’ai pu recueillir, il semblerait en effet que les supports CD, DVD ou disque dur ne garderont la qualité de nos précieuses dias numérisées qu’un maximum de 10 ou 15 ans.

Question : est-ce l’image elle-même qui s’altèrera, ou son support ?

Si vous préférez : vais-je parvenir à préserver mes images si, tous les 5, 10 ou 15 ans et plus si Dieu (ou le diable ) me prête vie, je fais une copie sur un nouveau support ?

Je n’ai jamais obtenu de réponse très claire à cette question.

Si un informaticiens bien au fait de ces questions passait par ces pages et pouvait clore le débat, ce serait sympa  – Merci.

Concernant la question pour qui, chacun y réfléchira.

Si je prends mon exemple personnel, j’ai été amené à considérer que les quelque 1 500 à 2 000 dias qui sont des photos d’archéologie pure, c.à.d. pour le non initié des tas de cailloux ou une pierre ou un objet le plus souvent cassé dont le même non initié se demandera en vain pourquoi j’ai usé de la pellicule pour les ou la photographier resteront en l’état : des diapositives installées dans des paniers. Je n’ai aucunement l’envie de laisser des heures d’explications écrites ou enregistrées sur chacune de ces vues… J’ai mieux à faire.

 

Les numériser ? Pour qui, pour quoi !

Les numériser pour que mes enfants disent un jour : mais quel était pour papa l’intérêt de cette photo et que, las de s’interroger, ils les collent à la corbeille… ?! Quel intérêt !

Me concernant, j’ai toujours un projecteur de dias et un écran : je peux donc les voir si le désir m’en prend. Et si le besoin de les numériser devait se manifester pour assurer l’édition de quelques-unes d’entre elles pour une publication, je les numériserai alors.

Se pose à présent une nouvelle question préliminaire :

3.      Vais-je numériser moi-même ou vais-confier le travail à un laboratoire ?

Cette question va très vite déboucher  sur des problèmes  de quantité de diapositive à traiter, d’exigence de qualité dans la numérisation et de finances.

 

Bien franchement, si la photographie n’est pour vous qu’un loisir accessoire et ne passe pas par la case passion ou, au moins, grand attrait, je me permettrai de vous faire cette réponse : pas de prise de tête, et confiez sans la moindre hésitation le travail à un laboratoire.

 

A vous par contre de déterminer lequel pour obtenir la qualité que vous souhaitez. Faites un tour sur le Web et vous constaterez que les offres tournent assez souvent autour de € 0,19 la diapositive avec des tarifs privilégiés si vous avez une quantité importante. Si vous cherchez une qualité allant au-delà du standard, vous verrez que certains laboratoires ont des tarifs beaucoup plus élevés qui vont allez flirter avec du € 1 la dia, et même plus.

Arnaque ? A vous de le vérifier, mais le plus souvent il s’agit de procédés de digitalisation différents au niveau du matériel utilisé et de l’intervention ou non de l’humain pour rectifier l’image au final. Et pas de ‘oh !’ ou de ‘ah !’, continuez à lire (cf. 

http://le-bosse-fort.over-blog.com/article-numeriser-des-diapositives-3-119521446.html http://le-bosse-fort.over-blog.com/article-numeriser-des-diapositives-4-119521732.html ) et vous verrez plus loin comment il est possible de passer 30mn et plus sur une image numérisée pour lui donner un rendu digne de ce nom ou à peu près. Et si l’intervention humaine est facturée quelque € 40 de l’heure, je vous laisse le soin de calculer votre facture finale !

Sauf cas d’arnaque, à € 0.19, vous en avez pour… € 0.19, à € 1 et plus, vous en avez pour… € 1 et plus : navré de cette lapalissade qui m’a paru nécessaire compte-tenu des âneries que l’on peut lire ici ou là sur certains forums / fora.

 

Quantité, qualité et budget, à chacun de faire son calcul.

Me concernant, les réponses étaient :

-          quantité : au moins 5 000 dias après un tri sévère, sinon 9 000 et plus J (le chiffre augmente par rapport à ce que j’ai pu écrire auparavant, car j’ai trouvé un plein rayon de paniers dans un gigantesque placard J) ;

-          qualité : la meilleure possible ;

-          budget : limité…

… Et comme il était hors de question pour moi de partir sur une base de € 1 la diapositive et de consacrer ainsi de € 3 à 5 000 voire plus  dans cette opération (non, non ! ce n’est pas du radinisme mais une simple et évidente question de rapport entre revenus et dépenses), très vite j’en suis arrivé à une conclusion sans contestation possible : il fallait que je me débrouille par moi-même.

 

II. Le faire soi-même.

 

Le faire moi-même ?

Ce n’était pas là une opération qui me paraissait particulièrement redoutable du fait qu’à la belle époque[1] de l’argentique, j’ai bien dû reproduire quelque 1 000 ou 1 500 dias.

Besoin pour des publications du fait de mon refus catégorique et systématique de confier mes originaux ; demandes d’amis, de collègues, de relations qui souhaitaient avoir des images que j’avais pu faire ici ou là dans des lieux où j’avais travaillé avec les autorisations idoines et où j’avais pu photographier à la différence des simples touristes, etc.

 

Le faire soi-même, certes, mais par quel procédé ?

Ce que je désigne dans mon idiolecte par le terme de démerdeziziche,  que je nommerais moins familièrement ici DIY (do-it-yourself) –et vive les anglicismes qui donnent à autrui une illusion de savoir ; le latin des médecins de Molière est désormais remplacé par l’anglo-américain, et quel pied si, en prime, il est possible de glisser un acronyme J !- …  Quel procédé pour le faire soi-même interrogeais-je donc ?

Réponse : le DIY (IIa)… ou la technologie qui passe par un scanner permettant de digitaliser des dias (IIb).

 

Avant d’entrer dans le vif du sujet tel qu’il vient d’être énoncé ci-dessus, faut-il préciser qu’il est nécessaire de s’équiper de logiciels photographiques : Photoshop… ou autres. J’y reviendrai plus tard. De même que je reviendrai sur le matériel qui peut s’avérer nécessaire (soufflet / bagues-allonges, etc.) pour l’une ou l’autres des situations envisagées.

Mais tout cela n’est-il pas évident ?

 

IIa : la voie du DIY (do-it-yourself)

 

Le principe du DIY repose dans la capacité imaginative du photographe apprenti numériseur à mettre en œuvre la possibilité d’utiliser un APN (appareil photo numérique) pour photographier ou bien la projection(1) ou bien la transparence(2) -voyez-vous une autre solution ?- de la diapositive. Et là, tous les coups sont permis ou, si vous préférez, c’est un retour à Mai 68 : l’imagination au pouvoir ; un enchantement pour l’esprit inventif… et bricoleur J.

 

II.a.1. Projection.

 

Je passe très-très vite sur le procédé qui consiste à sortir le vieux projecteur de dia (conservez-le précieusement, il peut être encore utile pour d’agréables soirées qui changeront un peu des nullités de plus en plus affligeantes que nous assènent les chaînes TV ! C’est bien de multiplier les chaînes, mais encore faudrait-il avoir des programmes dignes de ce nom à proposer aux téléspectateurs !) et à entreprendre de photographier l’image projetée.

Si malgré tout cette pseudo-solution vous tente, le plus sérieux est d’utiliser un bon vieil écran des familles… ou un mur blanc, ou pourquoi pas, puisque nous sommes dans le bricolage tout azimut, un drap.

Quitte a m’attirer les foudres des blogueurs et autres forumeurs qui déclarent que cela donne des résultats splendides, je n’ai pas trop approfondi cette solution partant de l’a priori tout à fait scandaleux, je n’en doute pas un instant J, que cela ne peut donner que des résultats à mon sens infâmes. Mais libre à chacun de penser qu’ils sont splendides.

Un jour que je triais des dias avec projecteur et écran et que j’avais du temps (ah ! la liberté que donne la retraite), je me suis amusé –curiosité oblige- à mettre le projecteur sur une table d’un petit mètre de haut, à installer un pied photographique de manière à ce que le faisceau lumineux du projecteur passe entre les pieds du tripode sans qu’il y ait le moindre obstacle qui couperait le faisceau. Puis je me suis arrangé à ce que l’APN se trouve juste au-dessus de l’objectif du projecteur, bien dans l’axe de l'écran, pour éviter au maximum les déformations. Je me suis mis dans le noir absolu (à l'exception, bien sûr, du faisceau de lumière diffusé par le projecteur avec, dans le passe-vue, une dia), je me suis emparé d’une télécommande pour assurer les prises de vue de l’APN sans qu’il ne bouge et c’est parti pour des réglages plus ‘savants’ les uns que les autres

Bien franchement ?

Les images que j’ai obtenues étaient plates, les détails partis en balade; bref : c’était nul !

 

Suite sur : http://le-bosse-fort.over-blog.com/article-numeriser-des-diapositives-2-119520305.html  

[1] Les morts sont tous de braves types, chantait ironiquement tonton Georges ; mon bon temps de l’argentique procède de la même idée pseudo-nostalgique ironique.

Partager cet article

Repost 0

commentaires