Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le Défouloir d'un prof
  • : Voir : http://le-bosse-fort.over-blog.com/2014/09/presentation-du-blog-du-canard-mise-a-jour.html
  • Contact

Pensée...


"Mort aux vaches,
vive l'anarchie"
(G. Brassens)

Recherche

Liens

13 août 2013 2 13 /08 /août /2013 12:08

 

Cette page fait suite à :  http://le-bosse-fort.over-blog.com/article-numeriser-des-diapositives-3-119521446.html  

 

 

IIb : scanners et logiciels dédiés à la numérisation de diapositives

 

Je vais commencer par un petit coup de pompe sur

http://www.diaporamaforum.com/forums/index.php?showtopic=15480

A la suite des opérations anti-sèches en tout genre dont m’ont gratifié certains élèves, je peux bien, à mon tour, m’en offrir une séance qui, finalement, n’en est pas une puisque je reconnais l’emprunt et que j’en donne les références sans tenter de m’attribuer des propos qui ne sont pas miens. De plus, je ne vais pas manquer de remercier l'auteur pour le texte que je lui pique .

Enfin bref… Sur ce site, Amigalopin,  répondant à  Papysurfer  qui avait expliqué comment il avait, avec la passion de l’amour, bricolé avec son club photo une boîte à lumière qui rappelle vaguement le Color-dia duplicator, fait observer avec un agacement non dissimulé :

 

« cette méthode est sûrement digne du système D mais ne peut absolument pas apporter la qualité d'un scanner numérique qui ajoute les fonctionnalités suivantes :

- traitement automatique des micros points d'humidité et des rayures pour les scanners équipés du système ICE. Loin d'être un gadget, ce système offre un réel plus au traitement des diapositives ou des négatifs.

- traitement des pellicules en bande.

- filtrage paramétrable pour la réduction du grain

- amélioration du rendu des couleurs en fonction de la marque de la pellicule.

- le scanner permet aussi de traiter des négatifs.

De plus un scanner traite automatiquement les sorties générées avec les différents traitements demandés et sauvegarde directement sur le disque dur alors qu'avec ton système, il faut encore traiter les photos depuis la carte mémoire de l'APN ce qui diminue le rendement à l'heure.
Il est possible de trouver de bons scanners sur eBay par exemple, qui évitent les bricolages qui ne pourront être que des palliatifs !

L'idée de re-photographier les diapositives n'est pas nouvelle d'autant qu'il existe des adaptateurs spéciaux qui se fixent sur l'objectif de nombreux APN et qui évitent, pour quelques dizaines d'euros, le bricolage proposé ».

 

…Pas gentil avec Papysurfer-tout-content, le citoyen Amilgopin ?

Peut-être, sans doute même, mais puis-je, après avoir essayé différents (tous les ?) bricolages, dire qu’à mon sens, il a grandement raison ; ce n’est pas sans motif que je me suis mis quelques instants en vacances et que je lui ai piqué son texte sans gêne aucune (merci Amilgopin J) d’autant que, cerise sur le gâteau, il a parfaitement résumé la situation concernant les avantages d’un scanner…

 

C’est moi qui ait surligné les passages qui m’ont paru les plus intéressants, les plus importants.

 

Concernant ses observations sur ‘le rendement à l’heure’ (il doit être professionnel) je transcrirai, dans le cadre de la numérisation faite par des photographes-informaticiens-sur-leur-temps-de-loisir, que les éléments qu’il indique sont efficaces (et même redoutables d’efficacité !), évitent de prendre les boules et, à l’attention particulière des retraités, de se retrouver dans la tombe avant d’avoir fini le grand œuvre entrepris L !

Mais non je ne suis pas cyniquement pas drôle, mais simplement clairvoyant !

Remontez un peu ce texte, et vous retrouverez ce que j’observais en commentant le traitement post-digitalisation après usage d’une ‘boîte à lumière’ : pour mes quelque 5 000 dias, j’en aurais eu pour près d’une année en travaillant environ 8h / jour (notez en passant que j'ai écrit instinctivement en travaillant environ 8h / jour... et non en s'amusant ou en se distrayant, etc. :  à un tel rythme la tache à accomplir n'a plus rien d'une activité de loisir me semble-t-il).

… Soyons sérieux : qui se lancera dans un programme d’une telle envergure et, surtout, qui le réalisera effectivement J ?

Pas moi en tout cas, et si j’ai un mérite quelconque, c’est d’en avoir conscience et de le dire sans aucune gêne.

 

A ceux qui ne réaliseraient toujours pas exactement l’ampleur du problème (j’allais écrire, lapsus calami révélateur, l’ampleur des dégâts J) que sont ces rayures, taches et autres poussières qui se trouvent sur une diapositive pourtant passée, comme il se doit, par le souffle d’une bombe d’air comprimé pour la nettoyer, voici une capture d’écran que j’ai pu faire grâce à un logiciel de scannérisation de dias (VueScan, pour ceux que cette précision intéresse). Il a pour particularité de scanner la dia, puis de scanner une nouvelle fois en montrant clairement à l’utilisateur le cache infrarouge qu’il va utiliser pour ôter toutes les imperfections

Bref : l’illustration ci-dessous montre la quantité de cochonneries que cache une dia propre en apparence, cochonneries qu’il vous faudra manuellement ôter si vous ne passez pas par un scanner de diapositives pourvu de la fonction et de la technologie ICE ainsi que par un logiciel adapté à la tache que vous vous êtes assignée.

 

Précision notable : pour cette cette illustration, j’ai chosi la diapositive de Mademoiselle Ma-Blonde-Préférée du haut de ses 7 ans soufflant d’énormes bougies (la scène se distingue d’ailleurs nettement sous le cache), celle-là même que je vous ai proposée plus haut (voir la partie 3/5) en précisant qu’il m’avait fallu 33 mn chronomètre en main pour venir à bout de presque toutes les impuretés de l’image après l’avoir scannée avec le Color-dia duplicator de Multibitz et, bien sûr, un APN…

 

Sans-titre-True-Color-01b.jpg

 

Impressionnant ; non ? *

Jugez-vous-même de la tache à réaliser, et imaginez que vous allez devoir la reporter sur le nombre de diapositives que vous désirez scanner. L’exercice de virtuosité, d’astuce, de maîtrise des logiciels, etc. peut-être amusant sur quelques exemplaires. Ensuite, pour moi en tout cas, cela devient fastidieux et contraignant. Or, à présent que je suis à la retraite, le fastidieux et le contraignant, je proclame à haute voix que j’en ai soupé, que j’ai cotisé et, salut les gens, navré de vous laisser mais je me K.ce ailleurs faire autre chose : mort aux vaches et vive la liberté !

Non mais sans / 100 blague(s) J !!

 

Ma foi, chacun fait comme il l’entend.

Me concernant, je réitère ce que j’ai déjà affirmé : si je n’avais e/u que quelques dizaines de dias à scanner (vous observerez peut-être que j’avais précédement écrit centaines… n’y voyez aucune contradiction, mais bien plutôt une saine réflexion qui m’incite à revoir mon plafond à la baisse J), j’en serais probablement resté à la solution du Colordia duplicator de Multibitz avec un traitement post-scanérisation manuel. Compte-tenu de la quantité à traiter, c'est sans hésiter que je me suis tourné vers la solution par laquelle j'aurais dû commencer sans cercher ailleurs :) (faux, d’ailleurs, je me suis beaucoup amusé –et instruit- en testant les différentes solutions ci-dessus envisagées, et je ne regrette rien J) : utiliser un scanner pour diapositives.

Libre à vous de me suivre… ou pas.

 

 

II.B-1 : Choisir un scanner.

 

Quel scanner choisir ?...

…Question sensible.

Je vais donc marcher sur des œufs, sans toutefois aller jusqu’à ne jouer qu’un joker J !

J’entends par là que seul l’être inconscient ou provocateur aborde des sujets tels que conseiller, ou simplement tenter d’expliquer pourquoi il a choisi telle marque et tel modèle d’automobile, de bateau, d’appareil photographique… ou de scanners !

Il y a toujours à proximité une grande gu*** de passage qui sait tout sur tout, qui connait tout mieux que tout le monde pour lui démontrer qu’il est le Roi Dêc*** et que lui a LA solution, LA seule, LA Vraie.

Fidèle au principe de ce blog qui refuse la polémique stérile (sauf pour la rigolade avec mes [ex]élèves J), je vais me contenter de quelques lieux communs permettant de récapituler de grandes idées.

Je reste dans le cadre des seules diapositives 24 x 36.

 

Le choix fondamental est scanner à plat (mais prévu pour diapositives et négatifs - ils ne le sont pas tous-) ou scanner dédié aux seules diapositives et négatifs puis, choix en découlant : quel modèle ?

 

Si vous naviguez ici en eaux troubles ou, si vous préférez, dans le grand marécage du doute et de l’incertitude, ces pages pourront vous être utiles (liste non exhaustive) :

-          http://www.filmscanner.info/fr/FilmscannerTestberichte.html  (certaines pages ne peuvent être qu’en anglais ou en allemand)

-          http://www.magazinevideo.com/test-en-ligne/scanner-a-plat-ou-dedie/13527.htm

 

Observation qui n’engage que moi :  le scanner à plat revient peut-être moins cher que son homologue dédié ; cette constatation me semble surtout provenir du fait bien évident que le scanner à plat permet de scanner tout autre document que des dias.

Mais le scanner dédié me paraît donner de meilleurs résultats, et cela plus rapidement.

C’est ce qui explique pourquoi, bien que j’ai acheté il y a déjà plusieurs années un scanner Canon 9950F (scanner à plat) que j’ai abondamment utilisé pour monter cours et exercices en tout genre et qui numérise fort correctement diapositives et négatifs 24 x 36, j’ai fini par acquérir un Reflecta Proscan 7 200 ice (retourner aux commentaires d’Amigalopin ci-dessus si vous avez zappé ce qu’est le ‘ICE’). Il est plus rapide et gomme avec plus d’efficacité les rayures, poussières et autres imperfections.

Et un scanner Nikon ?

Bien sûr, mais la production a cessé chez le fabricant depuis plusieurs années et ceux d’occasion sont tout à la fois introuvables, hors de prix… et parfois dans un état de délabrement frôlant le sinistre-à-faire-peur J. J’ajoute que sa compatibilité avec Win 7 (je n’ose même pas envisager Win 8 que de toute manière je ne pense pas acquérir) semble poser des problèmes.

Bref : je n’ai pas véritablement cherché un Nikon.

 

A défaut du Nikon, j’aurais également  pu songer à un Hasselblad http://www.hasselblad.fr/produits/scanners.aspx. Bonne idée, mais je me suis perdu sur le site et n’ai pas réussi à le commander J

Plus sérieusement, mais toujours pour le fun, qui a trouvé les tarifs du matos –et re J quoi que ce serait plutôt L devant les tarifs en question - ?

Lorsque je me suis décidé –non sans hésitation- pour l’achat d’un Reflecta, j’ai beaucoup hésité à casser ma tirelire afin d’opter pour le DigitDia 6000 (ou 5 000) qui, en théorie, permet d’installer un panier standard de 50 diapositives (et même de 100, ai-je lu), de lancer l’appareil, d’aller squatter une piscine ami en été, ou d’aller se faire quelques pistes de ski en hiver, et de retrouver environ 5 à 7h plus tard, selon la pixellisation choisie, les 50 dias toutes cuites et bien scannées dans son PC.

Sympa ; non ?

J’ai finalement abandonné l’idée car les utilisateurs, particulièrement http://www.filmscanner.info/fr/ReflectaDigitDia6000.html, semblent s’accorder sur le fait que le défilement automatique des diapositives plante assez régulièrement.

Après tout, pourquoi en irait-il autrement et pourquoi s’en étonner ?

Qui n’a jamais vu son projecteur de diapositives se bloquer, situation qui était toujours un très bref, mais intense instant de panique lorsque ledit projecteur était associé à un magnétophone pour la diffusion d’un super diaporama hautement culturel J de surcroît lors d’une séance un peu… disons mondaine J.

De plus, navré de parler gros sous mais il le faut bien, je m’étais vaguement mis en tête le plan suivant : acheter l’appareil, traiter toutes mes dias (et quelques négatifs couleur + des wagons en noir et blanc, ce qui n’est pas évident avec ces modèles) en quelque 3 ou 4 mois et le revendre comme neuf… Eh ! Moi aussi je sais arnaquer mon prochain !

Par curiosité pure, et pour voir si l’opération était jouable, c’est sans gêne aucune que j’ai simulé une vente totalement bidon sur eBay à un prix plus que correct (65% du neuf), dans les derniers jours où il était possible de passer une petite annonce gratuitement de particulier à particulier sur ce site.

Je n’ai eu que trois réponses et, bien franchement, si j’avais compté vendre rapidement un tel appareil pour éviter de me fâcher avec Madame ma Banquière, je doute que se serait finalisé un achat de la part l’un de mes trois prospects.

Au jeu du rapport qualité / prix, formule devenue magique et inaugurée, sauf erreur, par M. Darty, le Proscan 7200, lancé en novembre 2009 et toujours sur le marché en 2013 avec des critiques en permanence fort acceptables et même élogieuses (voir notamment http://www.filmscanner.info/fr/ReflectaProScan7200.html), m’a semblé être un choix correct pour € 320 port compris.

J’ai un peu hésité avec le Reflecta RPS 7200 Professional (http://www.filmscanner.info/fr/ReflectaRPS7200.html), passablement plus onéreux.

Enquête sur le Net, récapitulatif des infos receuilllies et demande de conseils à http://www.filmscanner.info/fr/Impressum.html (webmaster très sympa, visiblement compétent et rapide à la réponse) et j’ai laissé tomber. La grande différence entre le Proscan 7200 et le RPS 7200 réside dans des options concernant le traitement des négatifs (notamment numérisation par lots) qui ne m’intéressaient guère.

 

Grâce à un passe-vue supportant 4 diapositives et les traitant les unes après les autres à la condition que l’une de vos mains accepte de jouer au moteur en faisant glisser le passe-vue J, le Reflecta 7200 ice scanne une dia en 3 600 Dpi (3 250 –soit, quelque 14 million de pixels- lorsqu’est activée la fonction ‘ice’ –éraflures, poussières, etc-,  selon les tests de http://www.filmscanner.info/fr/ReflectaProScan7200.html) en environ une minute… ce temps étant TRES variable selon les performances de votre logiciel et, plus encore, des paramétrages que vous lui avez donnés.

A l’usage, je ne regrette pas le DigitDia 6000 et son automatisme théorique.

C’est qu’il est EXCEPTIONNEL qu’une dia sorte de sa scannérisation sans qu’il ne soit nécessaire de procéder à des retouches, non plus pour ôter les poussières, rayures, etc. (la fonction ‘ice’ s’en est chargée… merci, c’est gentil… et quelque 30mn de moins à passer sur l’image !), mais, comme dans toutes les autres solutions envisagées pour scanner une dia, pour affiner la luminosité, la couleur,  le contraste, etc. et, ici comme précédemment, Photoshop (ou autres) et, peut-être plus encore me semble-t-il, Lightroom me paraissent indispensables (voir le § II.B2b).

Puisqu’il faut en fin de compte traiter dia par dia, est-ce véritablement un immense avantage que de payer plus de € 1 000 par rapport au ProScan 7200 pour l’acquisition d’un DigitDia 6000… qui plante, ou peut planter.

Chacun répondra à la question comme il lui plaît ; j’ai répondu non… avec, je le reconnais, une certaine pointe de regrets.

Qu’ils soient à plat ou dédiés, les scanners sont livrés avec un logiciel de scannérisation pour les diapositives (et les négatifs) qui, lit-on généralement, ne sont guère performants.

  Suite et fin p. http://le-bosse-fort.over-blog.com/article-numeriser-des-diapositives-5-et-dernier-119521819.html

Partager cet article

Repost 0

commentaires