Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le Défouloir d'un prof
  • : Voir : http://le-bosse-fort.over-blog.com/2014/09/presentation-du-blog-du-canard-mise-a-jour.html
  • Contact

Pensée...


"Mort aux vaches,
vive l'anarchie"
(G. Brassens)

Recherche

Liens

10 décembre 2013 2 10 /12 /décembre /2013 09:03

3.      ArcSoft PhotoStudio 5.5… Vieux soft qui m’a été livré avec le Canon CanoScan 9950F, un scanner à plat déjà évoqué, que j’utilise systématiquement pour scanner un document autre qu’une diapositive (c’est lui qui m'a permis de conserver dans la mémoire de mon PC, afin d'aider la mienne, certaines des perles qu’ont pu m’écrire mes élèves adorés : je ne vous l'ai jamais caché, j'ai parfois craqué et scanné, de manière anonyme, bien sûr, des pages de vos copies et de dossiers :) et c’est lui que j’utilise de préférence lorsque j’ai mal cadré une dia et que, par exemple, des parties du cache apparaissent sur l’image digitalisée. Recadrer une photo avec ce soft est d’une coolitude absolue… Bien sûr que Photoshop Elements sait également effectuer cette tache, mais à mon sens (et laissez-moi vivre, merci !), il le fait de façon un peu plus compliquée et moins précise.

J’ajoute que ce soft offre des fonctionnalités sympas lorsque l’on souhaite ‘truquer’ une photo (même observation pour le logiciel suivant, Micro Soft 2006), du genre mettre tonton Henri à une réunion de famille à laquelle il n’était pas… où installer une belle lune sur un château sinistre avec la possibilité d’y ajouter sans difficulté 1 fantômes ou plus si affinités ;D.

Avantage, vous pouvez le demander à des amis qui ont un scanner Canon (et peut-être d'autres marques, je l'ignore) car il est livré en version libre.

Inconvénient, se faisant un peu vieux, il a de plus en plus de mal à traiter des images lourdes en pixels et donc en Mo…

Il faudra que, par curiosité, je me décide à télécharger la version démo de la version 6 http://www.arcsoft.com/photostudio/how-to-edit-photo.html ; qui la connait ?

4. La honte des logiciels installés sur mon PC selon certains de mes amis / connaissances qui, bien qu’amateurs, se veulent pro de la photographie informatisée : Micro Soft Photo 2006 Suite 10.

Que ladite honte retombe sur 3 générations de Canard qui, s’ils sont de vrais Canards, n’auront strictement rien à faire de ma malédiction et donc la honte en question, et c’est bien pourquoi je me permets cet anathème (s’ils ne sont pas de vrais canards, ils assumeront ) : j’adore ce soft !

Non prise de tête assurée à tous les étages et tous les rayons…

Pas de boites de dialogue qui apparaissent lorsque l’on programme telle ou telle fonction ; vous savez, de celles qui vous demandent si vous souhaitez incliner votre photo de 91° ou de 91.23° ! Mais qu’est-ce que tu me prends la tête, toi ! … Fais voir, que j’essaye ; je ne vais pas m'appuyer un exercice de géométrie en m'amusant à faire de la photo ! Non : partout des curseurs avec lesquels vous pouvez jouer tant que vous voulez et, si vous vous plantez, vous pouvez bien sûr annuler partiellement ou totalement.

Un secret à ne pas répéter m’a-t-on dit afin de ne pas être ridicule, alors je m'empresse de l'écrire : lorsque je n’arrive pas à obtenir ce que je veux avec PhotoShop Elements (cela m'arrive ; oui !), c’est à Micro Soft Photo 2006 Suite que j’en appelle et, dans la quasi majorité des cas, j’obtiens ce que je veux :).

Vous me trouvez ridicule et nul en traitement d’images ?

Possible… mais je m’étonne alors que vous m’ayez suivi jusqu’ici.

Fermer donc ces pages et allez voir plus sérieux que moi, c’est le plus simple.

Salut et bon vent .

Au contraire, je vous fais bavez ; ou trouver ce logiciel miracle ?

Alors là… ???!!! Pfffffffffffffffffffftt !!?

Je l’ai vu terminer sa vie de produit qui semble d’être est mal vendu (?? autres motifs ??) sur Cdiscount entre € 5 et 7, je ne sais plus trop, mais c’était un vrai cadeau. C’est d’ailleurs bien parce que j’avais lu les possibilités a priori intéressantes du soft et que je l’avais trouvé dans les e-boutiques un tarif ridiculement bas pour un logiciel photo que je l’avais commandé en pensant qu’à ce prix, je ne risquais pas grand-chose. Comme je suis sympa avec vous, je viens de donner un coup d’œil sur la Toile. Je le vois en téléchargement, gratuit semble-t-il, sur différents sites mais les liens ne me paraissent pas du tout correspondre au produit en cause. Ainsi, si je le télécharge sur http://telechargement.journaldunet.com/telechargement/5882/2/microsoft_photo_2006/index.html qui le propose dans son annonce, je vois apparaître comme nom de téléchargement DigitalImageStarter06_exe ou wlsetup-web.exe. 

S’agit-il là d’autres noms de MicroSoft Photo 2006 ?

Je vous laisse le soin de le vérifier mais, après tout, c’est possible puisque notre sympathique cousin , le Québécois François Charron (présentation écrite du produit http://www.francoischarron.com/organiser-et-gerer-vos-photos-avec-microsoft-photo-suite/-/MhU4ujXCQw/ , vidéo de démonstration http://www.francoischarron.com///-/Do7gZbHOfu/ ) précise que ce soft n’a pas cessé de changer de nom bien qu’il soit le ‘Meilleur ami’ (sic) de votre APN, bien moins onéreux que PhotoShop tout en étant moins performant mais ô combien plus facile d’utilisation ( merci, que je me sens moins seul ! :).

Dommage que notre cousin insiste trop sur l’organisation des images que permet le logiciel, même si l’on possède un char :) de photos (re-sic), et beaucoup moins sur la retouche, s’extasiant alors essentiellement sur la manière dont il est possible et facile de faire disparaître un élément de l’image et sa fonction 'faire un panoramique' avec plusieurs photographies.

J’ajoute que, sur son clip, je n’ai pas reconnu l’interface de mon soft… mais que les fonctions qu’il évoque semblent correspondre ; présente-il une version plus ancienne / récente que la mienne ?

Le seul endroit où je pense reconnaître Micro Soft Photo 2006 Suite, mais sous un nom toujours légèrement différent et avec une présentation d’emballage qui n’a aucun rapport avec mon exemplaire, se trouve sur eBay http://www.ebay.fr/itm/MICROSOFT-DIGITAL-IMAGE-SUITE-2006-ANNIVERSARY-EDITION-Photo-Editing-Library-/171097393390?pt=US_Manuals_Resources&hash=item27d63308ee  (en ligne le 13 août 2013 pour encore 22 jours de mise en vente) au prix peu cadeau de US$ 249,99.

J'ai quelques autres logiciels de photographie, mais ils n'offrent guère d'intérêt dans le contexte de la digitalisation de diapos.

Voilà jeunes-gens, j’ai respecté mon contrat (je m’adresse bien sûr à ceux de mes ex-élèves qui attendaient le récit de mes aventures et mésaventures de scanneur de dias) : une journée à gratter ce texte, quelque 20 pages sous Word. A présent, il faut que j’en fasse son montage sur Overblog... -un long moment après : voilà qui est fait ; sauf que, par la suite, la migration sur le nouvel Overblog a eu tendance à démolir ce que j’avais patiemment mis en place !

:-) Amusez-vous bien à digitaliser vos dias, ou plutôt, je suppose, celles de vos parents :-)

Me concernant, je vais non pas retourner auprès de mon scanner mais boire une eau gazeuse + citron ; m’user les doigts sur le clavier de mon PC pour gratter ces longs baratins, m’a rappelé la monotonie d’un cours magistral à rallonge… et c’est sans doute pas association d’idée que l’exercice m’a asséché le gossier ;D .

J’espère en tout cas que ce compte-rendu vous a fait sourire, qu'il vous sera utile et qu’éventuellement il sera en mesure d’apporter quelques informations à des internautes de passage.

Pour terminer et vous dire @+, deux illustrations en bonus.

Le cadre : Iran / Irak été de 1973, voyage de noces studieux :), et chaleur qui fait que, lorsqu’il est aujourd’hui question de canicule en France, mon épouse et moi-même sourions niaisement… même si nous avons chaud.

Comme vous ne me croirez sans doute pas sans indications autres que les miennes, en voici : ‘[à Ahvaz, frontière sud Iran <-> Irak] les températures maximales en été peuvent avoisiner 54° c.’(http://fr.wikipedia.org/wiki/Ahvaz ). Je rappelle en passant qu’en météorologie, les températures sont relevées le matin sous abri, c’est à dire dans une espèce de petit mirador peint en blanc, ventilé et disposé sur du gazon à 1.5m du sol (peu s'avérer utile un coup d'œil sur http://education.meteofrance.com/jsp/site/Portal.jsp?page_id=12031&document_id=21880 ) .

A présent, peut-être me croirez-vous si je vous dis que nous avions dans la voiture (non équipée d’un climatiseur ; en 1973 ce n’était pas fréquent et, sur des pistes défoncées et poussiéreuses, l’efficacité et la longévité d’une clim’ me semblent douteuse) un thermomètre qui, lorsque nous roulions dans la journée, était le plus souvent bloqué sur 60°c. et que nous ignorerons toujours combien il pouvait faire, puisque ce pauvre thermomètre n’allait pas au-delà de 60°c. ? Qu’aux heures les plus chaudes, il était impossible de laisser la main sur la carrosserie de la voiture sans se brûler ? Etc., etc., etc. et, au nombre de ces 'etc.', le fait qu'il m'est arrivé de prendre une bobine de pellicule qui était dans ma poche depuis quelques heures et, en l'installant dans le boîtier, d'avoir la surprise de me retrouver avec la gélatine entre le pouce et l'index ?... Elle avait fondue... !

A présent, toujours, vous concevrez, j’imagine, pourquoi les photos de ce voyage ont été une catastrophe (… mais oui le petit malin qui rigole en me lisant et qui se croit futé car il est supposé savoir ce que je n'aurais pas su à l'époque : mon stock de pellicules était dans un emballage étanche placé une glacière avec des sels hygrométriques ; non mais vas-y, prends-moi pour un boulet ! ;D).

Voici une illustration de cette catastrophe photographique : la ziggurat d’Ur.

 

Numériser des diapositives - 5/5 (reprise)

Si vous ignorez de quoi il s’agit et que cela vous intrigue, un coup d’œil sur http://en.wikipedia.org/wiki/Ziggurat_of_Ur  pourra être instructif mais, à dire vrai, nous ne faisons ici ni histoire, ni archéologie mais de la photo et, le plus important est donc de savoir si vous avez gouté à sa juste valeur l’état piteux, lamentable, horrible... de la diapo telle qu’elle est en réalité, et telle qu'elle apparaît en prévisualisation, avant tout traitement par scanner et logiciel ?

Voici néanmoins ce que j’en ai tiré avec le modeste CyberView X5 + un traitement post-digitalisation pour la couleur, le contraste... et, bien sûr, retouches au niveau de la gélatine détériorée ; la fonction ICE a des limites. Lorsque j'ai digitalisé cette image, j'étais en train de m'amuser à tester ce soft et me demandais s’il était véritablement nécessaire d’acquérir SilverFast ou Vue Scan.

Numériser des diapositives - 5/5 (reprise)

Oh ! Ce n’est pas l’hyper-giga pied, mais ce n’est déjà pas si mal compte-tenu de l'état de l'original . Il faudra que je reconduise l’opération avec VueScan, juste pour voir...

Conclusion qui n'engagent que le Canard

1. Pour les non professionnels de l'image, la décision de numériser des diapositives mérite une réflexion préliminaire : pourquoi et pour qui veux-t-on le faire ? Vais-je le faire faire ou le faire moi-même ? Seuls les passionnés se lanceront dans le choix de le faire soi-même. L’opération pourra en effet devenir monotone, fastidieuse et inciter à abandonner. De plus, elle nécessitera d’ ‘investir’ à fond perdu : pas de rentabilité pour les amateurs qui devront acquérir du matériel photographique, scanner, logiciels, etc. Au final, des sommes qui, mises bout à bout, peuvent être rondelettes.

2. Si l’on décide de le faire soi-même, si l’on a peu de diapositives à reproduire et si l’on pense pouvoir se passer de la fonction Digital ‘ice’, les plus patients peuvent tenter de ‘rephotographier’ leurs dias avec une APN muni d’un slide copier ou mieux, avec une table lumineuse du genre de celle que proposait, pour l’argentique, Metz / Multibitz avec son Color-dia duplicator. Mais en tout état de cause, les résultats les meilleurs et les plus réguliers seront ceux qui passent par un scanner muni de la technologie Digital ICE.

3. Si l’on décide d’acquérir un scanner dédié aux diapositives, il faudra se décider parmi les différents modèles qui sont sur le marché. Pour ma part, j’ai opté pour le Reflecta Proscan 7200. Les numérisations obtenues avec lui sont (très / assez) satisfaisantes ; dans les plus mauvais des cas, l’image scannée a très globalement la qualité que j’avais obtenue avec les meilleurs photos réalisées avec la ‘boîte à lumière’ Multiblitz + APN, étant entendu qu’il n’y a pas besoin ensuite de longues minutes pour effacer poussières et éraflures... Resteront la lumière, le contraste, la couleur, etc. ce qui, à la longue, est déjà bien suffisant !

4. Le logiciel CyberView X5 livré avec le Reflecta Proscan 7200 utilisé avec son paramétrage standard, donne le plus souvent des images assez / très plates. En forçant un peu sur le contraste et les couleurs pour donner une dynamique, les résultats deviennent meilleurs. Il demeure que l’on réalise assez vite qu’un logiciel plus performant est nécessaire. Ceux qui n’ont pas, ou peu, de logiciels photos et qui ne redoutent pas d’investir toujours et encore pour parvenir à leurs fins pourront songer à SilverFast AI-Studio. Les autres se tourneront vers SilverFast SE – Plus, ou mieux me semble-t-il, vers VueScan ; pour son achat, peut-être conviendrait-il d'utiliser un système de e-carte bancaire.

En tout état de cause : faire comme vous le 'sentez' le mieux.

Le canard n'a fait ici que vous conter son sentiment.

Partager cet article

Repost 0

commentaires