Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le Défouloir d'un prof
  • : Voir : http://le-bosse-fort.over-blog.com/2014/09/presentation-du-blog-du-canard-mise-a-jour.html
  • Contact

Pensée...


"Mort aux vaches,
vive l'anarchie"
(G. Brassens)

Recherche

Liens

24 décembre 2011 6 24 /12 /décembre /2011 13:50

Ce texte fait suite à : http://le-bosse-fort.over-blog.com/article-genocide-armenien-genocides-connus-et-me-in-connus-94168425.html 

Vous êtes plusieurs à me demander à quels événements je fais référence pour laisser entendre qu’à mon sens si les Turcs ottomans ont bien été les armes du génocide arménien, les Russes, les Britanniques et les Français ne sont pas tout blancs… et loin s’en faut.

C’est là une longue affaire qu’il faudrait des pages et des pages pour expliquer avec tout le doigté, les nuances et la diplomatie qui conviennent d’autant qu’elle a pour cadre la Première Guerre mondiale en général et, plus particulièrement, le contexte extrêmement complexe des Balkans à cette époque. De plus, je ne suis ni comme l’initiateur du texte de loi sur l’incrimination de la simple discussion concernant le génocide arménien, ni comme le législateur français : agité par la volonté de m’attirer les faveurs d’électeurs ; je réfléchis avant de me prononcer. Or, je ne suis pas turcologue, c’est dire que je ne suis pas spécialiste de la question et, plus encore, que n’ai jamais eu accès aux documents originaux (… enfin, ceux qui ne sont pas classés ‘’top-secret’’) qui établissent non pas le massacre, mais le génocide (= volonté déterminée de la part d’un gouvernement d’éliminer une population déterminée ; Wikipedia en rappelle la définition exacte fixée par l’ONU http://fr.wikipedia.org/wiki/G%C3%A9nocide ; là, c’est Sn. Erdogan qui devrait bien aller lire ladite définition avant d’accuser la France de génocide en Algérie).

Ma connaissance sur le génocide arménien provient de lectures et, également, de l’écoute (c’est à dessein que je n’écris pas de l’audition) d’Arméniens et de Turcs, passablement âgés qui ont été les témoins d’exactions plus horribles les unes que les autres.

Ces témoignages resteront dans ma seule mémoire. Jamais l’un de ces témoins de rencontre n’a accepté la présence d’un magnétophone ou la prise de notes.

Par contre, les lectures ne manquent pas et j’aimerais vous conseiller au moins celle d’un ouvrage déjà ancien mais, comme il est considéré comme un grand classique en matière de turcologie, je suppose qu’il doit être facilement accessible dans les bibliothèques (je ne sais trop, je n’ai jamais eu à le chercher puisque je l’avais acheté dès sa parution, certains des auteurs étant de bons collègues) :

Sous la Direction de Robert Mantran, Histoire de l’Empire Ottoman, Fayard 1989

Lire intégralement l’ouvrage vous ferait le plus grand bien…

A défaut, reportez-vous au chapitre XIV : ‘’la mort d’un empire’’, pp 577 – 648, l’essentiel se trouvant p. 623 et s., ‘’Les années de cendre’’. Toutefois, si vous vous contentez de cette dernière partie, vous ne comprendrez peut être pas pourquoi je mets en cause les membres de la Triple-Entente (Russes en particulier) bien trop ravis de voir des populations arméniennes mettre le bazar dans l’Empire ottoman contre lequel ils étaient en guerre ; un vieux rêve russe : renverser les Ottomans pour contrôler les Détroits (Bosphore et Dardanelles) pour avoir librement accès à la Méditerranée et ses richesses.

J’ai l’ouvrage ouvert devant moi, et il ne me semble pas déplacé de citer un passage de la p. 623 :

‘’ De toute les tragédies de la guerre, celle qui a soulevé le plus d’émotion et fait couler le plus d’encre est l’anéantissement des communautés arméniennes de l’Anatolie orientale. Aujourd’hui encore, toute la lumière est loin d’être faite sur cette événement douloureux et deux thèses continuent de s’opposer avec une véhémence de rare intensité’’.

Suivent l'exposé -aussi objectif que possible- des faits et celui des deux thèses en présence, celle des Arméniens (qui est également celle d'une bonne partie de la communauté internationale) et, bien sûr, celle des Turcs.

Cette attitude historiquement prudente va-t-elle désormais être répréhensible par la loi française ?

Le cas échéant, va-t-il nous falloir purger nos bibliothèques pour être en conformité avec la législation nouvelle ? Et c’est parti pour les autodafés évoqués avant-hier ! http://le-bosse-fort.over-blog.com/article-genocide-armenien-genocides-connus-et-me-in-connus-94168425.html

Cela dit, si je suis tout à fait Sn. Erdogan (désolé pour les puristes, je n’ai pas accès au ‘’g mouillé’’), Premier Ministre de la République de Turquie, lorsqu’il lance que la Russie, le Royaume-Uni et… la France ne sont pas étrangères aux événements que lui reproche ladite France (les Turcs reconnaissent généralement qu’il y a eu des déportations de populations arméniennes, avec quelques victimes dont le nombre est bien moindre que celui avancé par les Arméniens, mais qu’en tout état de cause il ne s’agit pas d’un génocide), j’avoue ne pas avoir eu connaissance du génocide dont il accuse la France en Algérie.

Je trouve même son propos déplacé, d’autant qu’il ajoute que la France est raciste et anti-islamiste…

Désolé, Monsieur le Premier Ministre, je n’ai jamais entendu un Français de souche lancer sur le passage d’un  étranger, quelles que soient ses origines, ce terme tout à fait angoissant de ‘’giaour’’ (infidèle). Je n’en dirais pas autant de certains Turcs qui semblent être en ignorant tout à fait le mot de ‘’yabanci’’ (étranger) ; il est parfois instructif de se promener dans un pays dont peu d’étrangers connaissent (... très approximativement) la langue. Les autochtones se croient permis de dire tout et n’importe quoi… parfois même avec agressivité.

Cela dit, je dois à la vérité de reconnaître que cette situation est rare, voire exceptionnelle… sauf lorsqu’elle se banalise dans certains quartiers de grandes villes (notamment à Istanbul, du côté de Fatih) ou dans quelques villages que je qualifierai de dominés par un Islam dur.

Mais je ne vais pas jeter de l’huile sur le feu.

Il me semble plus conforme à mes convictions profondes de  rappeler que malgré ses déboires aux Dardanelles et ses milliers de morts (bataille de Gallipoli –ne pas manquer une visite au cimetière militaire si l’occasion se présente à vous-), puis en Cilicie (prenez l’ancienne route des Portes ciliciennes et ouvrez les yeux pour voir les monuments aux morts oubliée de tous), la France a été l’une des toutes premières puissances à se passionner pour les exploits d’ ‘’un certain’’ Mustafa Kemal alors qu’il mettait en place la République Turque née des cendres de l’Empire ottoman, et qu’il chassait, les uns après les autres, les étrangers qui s’étaient partagés le territoire national… et que cette même France fut également l’une des premières à reconnaître la légitimité du gouvernement d’Atatürk.

Faut-il encore rappeler l’amitié qui avait auparavant uni la Turquie et la France, notamment sous Napoléon III (non ! je ne vais pas vous faire le coup de partir des Capitulations entre Soliman le Magnifique / Süleyman Kanuni et François Ier !!) ?

… Le lycée de Galatasaray…

… Et qui nous dira enfin si la douce ‘’Ugénie’’ a ou non trompé son empereur d’époux avec le bel Abdülhamit dans l’adorable palais de Beylerbeyi ? Notre Impératrice était venue à Istanbul en 1869 pour une visite de courtoise de quelques jours ; pourquoi resta-t-elle bien plus longtemps que prévu, sa chambre se trouvant à proximité du cabinet de travail du sultan J ??? !!!

Sayin Erdogan, Monsieur Sarkozy, voilà des souvenirs que vous pourriez évoquer avec courtoisie et une pointe d’humour malicieux. Cela me semblerait des propos préférables à ceux que vous vous envoyez à la face du monde, car cela tourne au ridicule !

Ridicule le drame arménien ! Oh ! Je n’ai jamais dis cela. Je pense simplement que la manière dont vous l’abordez l’un est l’autre est, elle, ridicule.

Faites de la politique, c’est votre rôle, mais laissez donc aux historiens la possibilité de faire leur travail en toute quiétude, comme vous vous devriez faire le vôtre, hors de toute législation pénale concernant leurs convictions.

Vous êtes fatigants à user de l’histoire selon vos visées politiques du moment ; l'Histoire ? Elle mérite mieux que ces manipulations dont on connait trop d'illustrations à travers les siècles et dont vous donnez de nouveaux exemples. 

Ajout du 28 février 2012 : suite de ce texte page http://le-bosse-fort.over-blog.com/article-legislation-et-genocide-armenien-iii-100359527.html

 

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires